L'Usine Agro

Belvédère : la vente de Marie Brizard attendra

Publié le

Belvèdére peine sous les dettes. Ces derniers mois, la seule solution semblait être la vente de filiales. Mais pour une fois, le groupe de spiritueux semble avoir sorti la main de l'engrenage.

Belvédère : la vente de Marie Brizard attendra © DR

« Pour l’instant » Belvédère ne se séparera pas de sa Filiale Marie Brizard.  « Concernant les cessions industrielles, le groupe Belvédère a choisi pour des raisons stratégiques de ne pas procéder pour l'instant à la cession des actifs industriels de Marie Brizard et des distributeurs polonais », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le groupe français de spiritueux Belvédère, malgré ses difficultés financières chroniques, a réussi à réduire son endettement par d'autres moyens. Le groupe avait remboursé, le 10 novembre, une échéance bancaire de 23 millions d'euros dans le cadre de son plan de sauvegarde.

« Suite à l'arrêt de la Cour d'Appel de Dijon du 21 septembre dernier qui valide la créance de BONY Mellon pour 375 millions d'euros avec intérêts à courir jusqu'en mai 2013, le montant de la 1ere annuité du plan s'est trouvé mathématiquement fortement réduit et ramené de 39 à 23 millions d'euros », précise le communiqué.  

Par ailleurs, Belvédère est parvenu à réduire de 25 millions d'euros son endettement, ce qui lui permet « de disposer d'un cash largement supérieur à son échéance théorique de 39 millions d'euros ». Belvédère confirme avoir versé 23 millions d'euros pour le paiement de son échéance de novembre.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte