L'Usine Agro

Belvédère dans l’attente d'une décision sur la validité de sa procédure de sauvegarde

Publié le

Rendez vous est pris pour le 5 janvier pour le groupe de spiritueux français. La justice entend clarifier le statut de l’administrateur et du mandataire judiciaire avant de se prononcer

Belvédère dans l’attente d'une décision sur la validité de sa procédure de sauvegarde © D.R.

La cour d’appel de Nîmes devait délibérer ce 1er décembre sur la validité de la procédure de sauvegarde du groupe. Mais elle a décalé sa décision au 5 janvier, d’après des sources syndicales.

Le report est lié au fait que la procédure de sauvegarde accordée par le tribunal de commerce de Nîmes le 1er juillet est contestée par le parquet. Depuis, la procédure de sauvegarde a été convertie en redressement.

Cette nouvelle étape judiciaire fait suite à une longue procédure pour le groupe en difficultés financières depuis plusieurs années.
Depuis trois ans, le groupe s’oppose à ses créanciers car ils l’accusent de s’être endetté en 2006 pour acquérir les liqueurs Marie Brizard.

En juin dernier, la cour d’appel de Dijon avait mis fin à une procédure de sauvegarde obtenue par le groupe en 2008. Elle estimait que le groupe n’avait pas respecté ses engagements en matière de cession d’actifs pour rembourser sa dette à ses créanciers.
Mais le 1er juillet, le tribunal de commerce de Nîmes a étendu à Belvédère une procédure de sauvegarde ouverte pour une de ses filiales, la maison Moncigale.

Le parquet fait appel de cette décision car il estime qu’il y a confusion de patrimoine entre les deux sociétés. Cette nouvelle procédure de sauvegarde a ensuite été convertie en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nîmes le 20 septembre.

Au total, le groupe emploie 3 650 personnes dont 750 en France. Il enregistre plus de 300 millions d’euros de pertes depuis 2008 et une dette de plus de 600 millions d’euros. Son patron Jacques Rouvroy a démissionné en octobre dernier. Il a été remplacé par le directeur général, Krzysztof Trylinski.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte