Belgique : GDF conteste en justice la taxe sur le nucléaire

Le groupe français proteste mardi contre la décision du futur gouvernement belge d'exiger 550 millions d'euros par an de la filière nucléaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Belgique : GDF conteste en justice la taxe sur le nucléaire

Avant même son installation officielle, le gouvernement belge voit une de ces décisions contestée. Lundi soir, les partis politiques qui négocient en prévision de la création d'un gouvernement sont tombés d'accord pour faire payer au secteur nucléaire une taxe de 550 millions d'euros pour continuer à exploiter leurs centrales. Il avait déjà été décidé que la Belgique sortirait du nucléaire à partir de 2015.

Le groupe GDF Suez prévient : il "contestera ces mesures par toutes voies de droit". Electrabel, filiale du groupe, exploite actuellement les sept réacteurs du pays. GDF Suez affirme "qu'en refusant la prolongation pour dix ans de la durée d'exploitation de Doel 1-2 et Tihange 1 (Ndlr : les trois réacteurs les plus anciens) et en imposant une contribution nucléaire de 550 millions d'euros, l'Etat belge manque aux engagements qu'il avait contractés" en 2009.

De plus, "d'ici mi-2012, le groupe réévaluera sa stratégie nucléaire en Belgique". Dans cette période, un rapport définitif sur la sécurité des centrales belges doit être publié. GDF Suez réfléchira en fonction de la rentabilité "totale de ces investissements, compte tenu des décisions effectivement prises".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS