Quotidien des Usines

Bel Maille en procédure de sauvegarde

, , , ,

Publié le

Le fabricant de textile se place en procédure de sauvegarde, après une forte chute de son chiffre d’affaires. Il repositionne son offre de tissus, envisage des licenciements.

Bel Maille en procédure de sauvegarde © Bel Maille

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

L’entreprise roannaise Bel Maille s’est placée en procédure de sauvegarde pour une période de six mois. Situé à Riorges près de Roanne (Loire), cet industriel spécialisé dans le tricotage sans couture a enregistré une chute de 34 % de son chiffre d’affaires sur les sept premiers mois de 2012.

Cette baisse d’activités commencée en novembre 2011 concerne principalement les produits unis achetés directement par les enseignes de distribution intégrés, qui se tournent de plus en plus vers des fabricants turcs.

Depuis sa reprise début 2009 par Stéphane Ziegler, la société roannaise avait renoué avec la croissance avant ce retournement en 2012. Son chiffre d’affaires avait progressé de 14,3 millions d’euros en 2009 à 17,8 millions en 2010. L’objectif était d’atteindre 13 millions d’euros en 2012.

Bel Maille va se repositionner sur les tissus moyen et haut de gamme pour le prêt-à-porter, le sportswear, la lingerie, le balnéaire, et les tissus techniques pour les équipements de protection individuels, le médical et l’aéronautique (sièges de l’A380) qui représentent actuellement 20 % de ses activités.

Le plan qui sera mise en œuvre dans les prochaines semaines "vise à développer nos compétences techniques et de création, à consolider notre capacité de production (tricotage, apprêts et teinture) pour être plus réactifs aux demandes, à renforcer la qualité de nos produits et services et à réduire les coûts, avec comme objectif une rentabilité retrouvée", explique Stéphane Ziegler.
Les investissements dans l’outil industriel se poursuivront. Bel Maille possède un parc de 68 métiers dont deux métiers à tricoter achetés ces derniers mois pour un montant unitaire de 200 000 euros. De nouveaux licenciements seront prononcés. Les effectifs de la société ont déjà été ramenés de 116 à 88 salariés en trois ans.

Confrontée à des difficultés de distribution, en particulier au dépôt de bilan des magasins Swoon, la ligne de vêtements pour jeunes filles de 2 à 12 ans Cœur Grenadine créée en 2010 en association avec le chanteur Laurent Voulzy avait été arrêtée en septembre 2011.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte