L'Usine Agro

Bel inaugure une troisième usine aux Etats-Unis, dédiée au Mini Babybel

, ,

Publié le

Le groupe fromager français Bel connu pour ses marques La Vache qui rit ou encore Boursin, veut accélèrer sa croissance au pays de l’oncle Sam. 112,6 millions d’euros ont été investis dans la construction d’une nouvelle usine, dédiée à la fabrication de Mini Babybel.   

Bel inaugure une troisième usine aux Etats-Unis, dédiée au Mini Babybel © D.R.

"C’est le plus gros projet industriel du groupe depuis 50 ans", s’est félicité Antoine Fiévet, le président-directeur général de Bel, lors d’une conférence de presse, le 2 octobre. Le fromager français, connu pour ses marques La Vache qui rit, Boursin, Mini Babybel ou encore Leerdammer, inaugure aujourd’hui, 3 octobre, sa troisième usine aux Etats-Unis et vingt-huitième dans le monde.

Située à Brookings, dans le Dakota du Sud, elle produira à terme 10 000 tonnes de Mini Babybel, soit 1,5 million de portions par jour. "144 millions de dollars (Ndlr : 112,6 millions d’euros) ont été investis dans l’opération, initiée il y a deux ans", a détaillé Hubert Mayet, le directeur général des activités industrielles et techniques du groupe. 10 millions de dollars d’aides publiques ont été accordés, notamment pour former les opérateurs sur place et participer à la création, d’une station d’épuration.

Des usines spécialisées 

L’usine, qui a débuté son activité le 8 juillet, s’étend sur 170 000 m2 de terrain et possède une superficie de 15 000 m2. Employant 250 salariés, elle complète le dispositif industriel du groupe dans le pays. Jusqu’à présent, Bel disposait de deux usines, Leitchfield (Kentucky) - qui fabrique 15 000 tonnes de Vache qui rit et Mini Babybel - et Little Chute (Wisconsin), qui produit 15 000 tonnes de fromages sous marques locales.

Le nouveau site permettra au groupe d’atteindre à terme une capacité de production de 20 000 tonnes de Mini Babybel. "Nous avons choisi le Dakota du Sud pour sa ressource laitière de qualité. Les approvisionnements de notre usine dans le Kentucky devenaient limités", a expliqué Antoine Fiévet. Et un agrandissement de l’usine de Brookings est même envisagé d’ici à trois ans.

Transfert de technologie depuis la France

Le site a bénéficié d’un transfert de technologie de l’usine française d’Evron (Mayenne), berceau industriel du Mini Babybel. Les équipements, qui permettent de recouvrir le fromage d’une fine couche de cire protectrice ont été directement importés d’Evron et assemblés sur place. "Notre savoir-faire en miniaturisation et notre expertise dans la conception d’outils de fabrication ont été essentiels pour mener à bien ce projet", a insisté Hubert Mayet. Le directeur de la production de l’usine d’Evron, Cyril Cledelin, a d’ailleurs pris la direction du site de Brookings.  

Présent aux Etats-Unis depuis 1970, le groupe connait une croissance rapide de son activité depuis peu. Ces cinq dernières années, ses ventes de Vache qui rit, Boursin et Mini Babybel ont bondi de 30 %. "Le pays ne représente que 8 % de notre activité mondiale, mais la croissance y est très rapide. C’est notre priorité de développement aujourd’hui", a souligné Antoine Fievet. Actuellement, le groupe y réalise 250 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il vise un triplement de son activité sur place, à 2025, pour atteindre un milliard de dollars. Le groupe s’appuiera sur ses marques fortes, Vache qui rit et mini Babybel, mais aussi sur Boursin. Actuellement sous-traitée chez un partenaire, la fabrication de Boursin pourrait être internalisée à terme, "une fois que les volumes vendus seront suffisants", a précisé Antoine Fiévet.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte