Beck Technologies renforce ses équipements

Le fabricant de boulonnerie spéciale à très haute performance pour les secteurs de l’énergie, du pétrole, de l’armement et du ferroviaire investit et recrute pour développer un savoir-faire dans les alliages spéciaux, notamment de nickel, quasi-unique en Europe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Beck Technologies renforce ses équipements
Boulons de grandes dimensions

Parmi les sept sociétés qu’exploite Beck Industries International, groupe familial d’Armentières (Nord) spécialisé dans la boulonnerie industrielle, Beck Technologies, implantée à Aillevillers et Lyaumont en Haute-Saône, fait figure pépite.
Le fabricant d’écrous, de vis et de goujons de grande dimension (8 millions d’euros de chiffre d’affaires, une soixantaine de salariés) développe un savoir-faire quasi unique en Europe pour travailler ses pièces avec des alliages spéciaux, tout spécialement de nickel.
Un programme d’investissement d’un peu plus de 2 millions d’euros, épaulé financièrement à hauteur de 10 % par le conseil général de Haute-Saône, court jusqu’à la fin de l’année. Il permet d’améliorer les équipements et les process : traitement thermique sous vide, traitement de surface…
Une presse à chaud vient également d’être installée. Elle offre une puissance de frappe 1 250 tonnes, parfaitement adaptée au travail des alliages très résistants.

Du sur-mesure

« Nous cherchons aussi à recruter, d’ici à trois ans, une dizaine de personnes avec des profils d’opérateurs régleurs, de forgerons et de tourneurs numériques », indique Hugues Charbonnier, dirigeant de Beck Industries International.
80 % des pièces produites obéissent à du sur-mesure, notamment pour les turbines que conçoivent Alstom ou GE Energy. Le solde étant des productions plus normalisées pour l’industrie du pétrole, « mais non standardisées ».
L’histoire de l’industriel explique ce savoir-faire très particulier. Fondé par Paul Megnin, près d’une usine Peugeot, le fabricant voyait partir tous les forgerons qu’il formait chez le constructeur automobile pour des questions de salaire et d’avantages sociaux.
Il décide donc dans les années 50 de délocaliser son site au beau milieu d’une forêt pour sauvegarder ses compétences. Ce sera la commune boisée d’Aillevillers et Lyaumont, après Luxeuil-les-Bains et Fougerolles.
Reprise ensuite par le groupe Lisi, pour sa division vis et écrous, l’entreprise progresse en qualité en appliquant les normes drastiques de l’aéronautique.
En 2002, Hugues Charbonnier la rachète, la rebaptise de son nom actuel et ne cesse depuis de la développer en synergie avec ses autres sociétés et plus spécialement avec l’unité nordiste d’Armentières.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS