Technos et Innovations

BearingPoint se place sous la protection de la loi américaine sur les faillites

,

Publié le

Confronté à une dette abyssale, le cabinet américain de conseil en technologie - 15000 salariés à l'international, dont 900 en France - s'est mis sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Ses filiales étrangères sont épargn

BearingPoint se place sous la protection de la loi américaine sur les faillites

« Le chapitre 11, qui doit protéger la branche américaine de ses créanciers, ne s'applique pas aux filiales internationales », insiste un porte-parole de BearingPoint, l'un des principaux cabinets de conseil en technologie et en organisation. N'empêche, l'ex-KPMG Consulting - issu d'une scission en 2001 du géant de l'audit KPMG - est loin d'être en pleine forme, et pas seulement aux Etats-Unis. En 2007, son chiffre d'affaires est resté stable à 3,47 milliards de dollars, tandis que sa perte nette grimpait à 373 millions de dollars, contre 213 millions un an plus tôt. Sur les neuf premiers mois de l'exercice 2008, le chiffre d'affaires est en repli de 4%, à 2,51 milliards de dollars (dont 26% ont été enregistrés en Europe, en légère progression de 0,9%).

Un milliard de dollars de dettes

BearingPoint, qui doit apparemment sa situation financière actuelle à sa boulimie d'acquisitions au début des années 2000, est surtout confronté à une dette d'environ un milliard de dollars, dont 200 millions sont susceptibles d'être réclamés dès avril 2009. La totalité de cette somme pourrait même être due immédiatement « dans l'éventualité d'une suspension de sa cotation au New York Stock Exchange » (NYSE), précise-t-il dans un communiqué. Une menace brandie par cette place boursière depuis juillet 2008.

BearingPoint n'a donc d'autre choix que de se protéger de ses créanciers. Le cabinet précise dans un communiqué qu'il a obtenu un accord de principe de ses créditeurs « privilégiés » pour son projet de réorganisation. Lequel doit leur permettre d'entrer au capital du groupe au détriment des actionnaires existants. Si le plan est approuvé par le juge américain en charge du dossier, les  créanciers « chirographaires » - sans privilèges - seront eux contraints de l'accepter, nous explique le porte-parole interrogé.

Restructuration internationale ?

Reste que la montée au capital de nouveaux actionnaires devrait presque inévitablement entraîner une réorganisation en profondeur de BearingPoint. Le groupe a beau affirmer que ses filiales étrangères « ne seront pas affectées », l'agence Reuters rapporte déjà qu'Accenture aurait  mandaté un intermédiaire pour négocier le rachat de ses activités asiatiques. Sans céder à la panique, certains clients français semblent aussi s'être fait une raison. Dans un entretien au MagIT, un interlocuteur au sein de l'administration française, cliente du groupe, indiquait récemment : « les carnets de commande de BearingPoint France sont bien remplis et ils sont positionnés sur des contrats rentables. Même si la maison mère choisit de vendre, un acquéreur se manifestera. Je n'ai pas d'inquiétude sur la continuité des contrats signés

Christophe Dutheil

A lire aussi :

130 consultants en chômage partiel chez Alten

Ingénierie : le Geicet craint une délocalisation dans la filière automobile

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte