Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

BeAm lève des fonds pour s'émanciper

, ,

Publié le

Issu du Critt Irepa Laser qui a développé la technologie de fabrication additive Clad, le concepteur d'imprimantes 3D métalliques va accélérer son développement et s'installer dans ses propres locaux.

BeAm lève des fonds pour s'émanciper
Imprimante 3D métallique
© BeAM

BeAM a été créée à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) il y a 15 mois. La TPE ne compte que 5 salariés et elle réalise 350 000 euros de chiffre d'affaires (2013). Elle vient pourtant d'intégrer le Gifas, le puissant syndicat des industriels de l'aéronautique et du spatial. "C'est assez exceptionnel pour une petite entreprise comme la nôtre !", se félicite Emmanuel Laubriat, président de la jeune pousse.

BeAM (Be Additive Manufacturing) est une spin-off du Critt alsacien Irepa Laser, expert en traitement, assemblage et usinage des matériaux par laser. Elle utilise l'un des développements du centre de transfert de technologies : le procédé Clad, alias Construction laser additive directe. Le principe : injecter des poudres métalliques par une buse et les fondre par laser pour créer ou réparer des pièces, voire ajouter des fonctionnalités à des pièces existantes.

Pour l'heure cette jeune entreprise innovante exploite trois imprimantes 3D métalliques qu'elle loue à Irepa Laser, où elle est hébergée. Cela lui a permis de trouver un premier client, le spécialiste de la mécanique aéronautique Chromalloy, pour lequel elle répare des pièces de turbopropulseurs conçus par Pratt & Whitney Canada. A ce jour, cinq types de pièces ont été qualifiés par Chromalloy et 600 pièces ont été réparées par BeAM.

Mais à l'avenir, elle veut devenir le numéro 1 mondial de la conception et de la fabrication de machines destinées de fabrication additive par laser. "On prévoit entre 5 et 7 millions de chiffre d'affaires à d’ici à quatre ans, soit la vente de huit à dix machines par an", précise Emmanuel Laubriat.

Indépendance industrielle

Pour y parvenir, BeAM compte mener à bien dans les prochains mois une levée de fonds de 500 000 à 700 000 euros. "L'idée, c'est d'aller vers des fonds institutionnels qui nous laissent libres de nos choix industriels", indique Emmanuel Laubriat. Cette levée de fonds va permettre à BeAM de structurer sa démarche commerciale à l'international, d'acquérir ou de louer de nouveaux locaux et de disposer de ses propres machines. Ces dernières permettront de réaliser la fabrication et la réparation de pièces en sous-traitance, et ainsi d'amorcer la pompe qui déclenchera l'achat d'une machine par le client.

Pour créer leurs imprimantes métalliques 3D, Irepa Laser et BeAM se sont appuyés sur des machines-outils conçues par le groupe Fives et par Aventis Engineering, sur lesquelles ils ont intégré la technologie Clad.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle