BEA Systems le 'plombier' de l'e-commerce

Publié le

Dossier BEA Systems a profité de l'explosion du commerce électronique grâce à ses logiciels, qui garantissent l'intégrité des transactions d'un site. Un positionnement complété par des acquisitions et des partenariats.

BEA Systems le 'plombier' de l'e-commerce

Sommaire du dossier

Un taux de croissance record de 800 % ! C'est celui qu'a connu au Nasdaq l'action de BEA Systems sur l'année 1999. Un succès qui ne doit rien au hasard, ni à un effet de mode. Depuis sa création, il y a cinq ans, la société californienne a su adapter son métier aux bouleversements de l'informatique. Surtout, elle a su rendre son image plus attractive. Née pour les techniciens, elle se positionne désormais sur le nerf informatique qui régit les nouveaux métiers liés à la " Net économie ". Elle fournit une gamme de logiciels qui assurent la disponibilité d'un site marchand. Et se renforce par des acquisitions pour fournir une offre complète de commerce électronique. BEA Systems est née en 1995, année où le Web prend son envol. Sitôt créée, la société achète à Novell les droits relatifs à Tuxedo, une application qui garantit l'intégrité des transactions logicielles d'un système informatique. Puis elle élargit son offre avec l'achat de logiciels de communication à Digital et à NCR. Avec l'émergence des sites de commerce électronique, le besoin en interconnexion des applications devient une préoccupation majeure des entreprises qui se lancent dans la bataille. Elles doivent faire communiquer de façon sûre leur site marchand avec l'informatique en place (progiciels financiers, gestion des ventes et de la relation client, gestion de l'approvisionnement et de la logistique...) Des sites à gros volume de visiteurs comme Amazon, Federal Express, E-Trade et Gap font alors appel aux outils de BEA Systems pour garantir la sécurité de la chaîne, qui s'étend de l'achat à la livraison. D'acteur majeur sur un marché de niche, BEA Systems prend ainsi la vague du commerce électronique. Ce qui lui permet de s'introduire au Nasdaq dès avril 1997, deux ans seulement après sa création. Son chiffre d'affaires trimestriel, qui plafonnait à 20 millions de dollars en 1997, s'élève à 126 millions de dollars fin 1999. Des partenariats avec les poids lourds du secteur Depuis, BEA Systems multiplie les partenariats. En avril 1999, elle reçoit le soutien de Hewlett-Packard, qui injecte 100 millions de dollars pour l'aider à développer des solutions de commerce électronique. Le français Bull signe un accord mondial de distribution de ses logiciels. BEA Systems affirme également ses ambitions par des achats. L'an dernier, elle a acquis trois start-up pionnières des développements en Java, le langage de Sun. L'une d'elles, Theory Center, édite des composants logiciels pour mettre en place des sites marchands. Mais, pour faire jeu égal avec les poids lourds que sont IBM, Oracle et Microsoft, il ne manquait à BEA Systems qu'un outil de développement. Un vide comblé par l'achat des outils Java de Symantec, que BEA Systems confie à une société cofondée avec son investisseur, Warburg Pincus. La nouvelle entité aura à charge de doter cet outil, Visual Café, des fonctions de haut de gamme qui lui font défaut face à ceux d'IBM, d'Inprise ou d'Oracle. Désormais, BEA Systems dis- pose d'un arsenal complet, auquel vient de s'ajouter un outil de création de portail d'entreprise lancé ce mois-ci. " La différence entre les sites marchands se fera sur la rapidité de mise en place de nouveaux services. Nous répondrons à cette attente par des composants logiciels spécialisés ", précise Pierre Viollo, directeur général de BEA Systems pour l'Europe du Sud. Les analystes tablent sur un chiffre d'affaires de 650 millions de dollars sur l'exercice qui se clora en janvier 2001. En cinq ans, Internet s'est transformé en vaste espace marchand, et BEA Systems compte occuper une place de choix derrière la vitrine.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte