Bayer visé par une procédure judiciaire pour son implant contraceptif Essure

Deux procédures judiciaires civiles ont été engagées à l’encontre de Bayer et de son implant de contraception définitif. Un nouveau scandale sanitaire en vue ? 

Partager
Bayer visé par une procédure judiciaire pour son implant contraceptif Essure

Des troubles hémorragiques, neurologiques caractérisés parfois par des paralysies temporaires, des douleurs musculaires, des sinusites chroniques… Ces pathologies diverses sont-elles liées à l’implant de stérilisation Essure, commercialisé par la firme Bayer ? C’est ce que devra déterminer l’expertise demandée par maître Charles Joseph-Oudin, conseil des deux femmes à l’origine de cette action en justice. "Une audience aura lieu fin janvier afin de faire nommer ces experts", nous a confirmé l’avocat, contacté par L’Usine Nouvelle.

L’information, médiatisée par le Parisien ce vendredi 9 décembre, avait été révélée par l’Agence de presse médicale (APM) le 10 novembre dernier. Nos confrères de l’APM écrivaient alors que les deux femmes s'estimant victimes de complications liées à l'implant de Bayer allaient assigner en justice le laboratoire ainsi que des médecins, en vue d'obtenir une reconnaissance et une prise en charge de ces complications.

"Parallèlement à ces procédures judicaires, nous allons demander à Bayer de financer les coûts de cette expertise qui sont généralement à la charge de la victime", nous a expliqué maître Joseph-Oudon. "Pour le moment, nous n’avons pas eu de réponse de la part de Bayer".

Le dispositif Essure est commercialisé en France depuis 2002, 240 000 unités ont été vendues dans l’Hexagone. Il est posé par un gynécologue obstétricien par les voies naturelles (hystéroscopie) dans les trompes de Fallope afin de provoquer une réaction de fibrose qui aboutit à leur obstruction complète et définitive au bout d’environ 3 mois. Après de nombreuses déclarations d’effets indésirables, Essure fait l’objet d’une surveillance particulière par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). "A ce jour, l’ANSM n’a pas identifié d’élément remettant en cause le rapport bénéfice/risque de ce dispositif. Néanmoins, elle souhaite rappeler aux patientes les modalités de pose de cet implant ainsi que les risques éventuels liés à cette technique", avertit l’ANSM sur son site internet.

En début d’année, l’agence avait déjà demandé à Bayer d’éditer et de diffuser une brochure d’information à destination des patientes pour les sensibiliser aux précautions à prendre au moment de la pose, rappeler les risques et inciter à un suivi gynécologique régulier. Par ailleurs, un arrêté du 5 février 2016, publié au JO le 10 février 2016, a limité l’acte de pose aux gynécologues obstétriciens ayant une bonne maîtrise de l’hystéroscopie opératoire et exerçant dans certains établissements de santé.

Une étude épidémiologique visant à décrire l’utilisation et à évaluer la sécurité de l’implant est actuellement en cours. Ses résultats sont attendus pour le premier trimestre 2017. En attendant, l'association Resist (fondée par Marielle Klein, à l’origine de cette première action en justice) réclame la suspension du produit dans l'intérêt des patientes et en application du principe de précaution.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS