International

Bayer va dépenser 9 milliards d'euros pour résoudre les litiges liés au Roundup aux États-Unis

, , , ,

Publié le , mis à jour le 25/06/2020 À 07H36

Bayer a présenté le 24 juin un vaste accord à l'amiable pour résoudre les nombreux litiges aux États-Unis liés à l'herbicide Roundup de Monsanto. Le groupe allemand versera entre 9,1 et 9,8 milliards d'euros à des milliers de plaignants.

Bayer va dépenser 9 milliards d'euros pour résoudre les litiges liés au Roundup aux États-Unis
Malgré cet accord, Bayer continue de défendre son produit herbicide Roundup. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Blake
© Mike Blake

Bayer dévoile un accord gigantesque pour résoudre les principaux litiges aux États-Unis liés au Roundup, un herbicide controversé à base de glyphosate et produit par sa filiale Monsanto. Le groupe chimique allemand a annoncé mercredi 24 juin qu'il verserait entre 9,1 et 9,8 milliards d'euros (10,1 à 10,9 milliards de dollars) pour mettre un terme à plus de 125 000 procédures lancées des Américains ayant souffert d'un cancer qu'ils imputent à leur exposition au Roundup.

Bayer écarte le risque de longs contentieux

L'accord sera financé grâce à la trésorerie disponible de Bayer et grâce à la vente de sa division santé animale. "Les accords ne contiennent aucune reconnaissance de responsabilité ou d'actes répréhensibles", insiste le groupe allemand dans un communiqué.

“Cet accord transactionnel intervient au bon moment et met fin à une longue période d'incertitude”, souligne Bayer. “Il résout les litiges actuels et met en place un mécanisme clair pour gérer les risques des litiges potentiels futurs. Il est financièrement raisonnable par rapport aux risques financiers importants qu’impliqueraient un contentieux courant sur plusieurs années et aux répercussions connexes sur notre réputation et notre entreprise”, ajoute le groupe.

L'accord couvre 75 % des litiges

Bayer s'efforce de mettre fin aux poursuites engagées aux États-Unis contre le Roundup et d'autres produits à base de glyphosate. Le groupe allemand a hérité de ces articles après avoir bouclé le rachat de Monsanto pour 63 milliards de dollars en 2018.

Le règlement annoncé mercredi 24 juin ne règle pas tous les contentieux. Bayer a précisé qu'il portait sur environ 75 % de procédures ouvertes aux États-Unis. L'accord "résout les litiges actuels et met en place un mécanisme clair pour gérer les risques des litiges potentiels futurs", écrit Bayer.

Dans cette somme de près de 10 milliards d'euros, 1,1 milliard d'euros (1,25 milliard de dollars) seront dédiés à régler d'éventuels litiges futurs. Ces "futurs cas potentiels seront régis par un 'accord de classe' soumis à l'approbation du tribunal. L'accord comprend la création d'une classe de potentiels futurs plaignants et la création d'un comité scientifique de classe indépendant", explique le chimiste allemand.

En revanche, l’accord ne couvre pas trois contentieux qui font l’objet d'un procès aux États-Unis. “Il est important pour Bayer de poursuivre ces affaires, car les appels fourniront des précédents juridiques utiles pour l'avenir, basés sur la science”, estime Bayer.

Bayer continue de défendre le Roundup

Malgré cet accord, Bayer continue de défendre son herbicide. "Le vaste corpus scientifique indique que Roundup ne provoque pas de cancer et n'est donc pas responsable des maladies alléguées dans ce litige. Nous soutenons fermement nos herbicides à base de glyphosate, qui sont parmi les produits les plus rigoureusement étudiés de leur genre, et quatre décennies de science soutiennent leur sécurité et le fait qu'ils ne sont pas cancérigènes", défend dans un communiqué Werner Baumann, patron de Bayer.

Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne) a réagi en ironisant sur cet accord à l'amiable. "Bayer, qui continue de commercialiser le Roundup et autres produits à base de glyphosate Monsanto et de nier leur caractère cancérigène, accepte de verser 10 milliards de dollars pour régler des procédures avec 100 000 plaignants américains. Tout va bien", écrit l'association sur son compte Twitter.  

Bayer continuera effectivement à commercialiser le Roundup. L'entreprise n'a pas l'intention de préciser sur ses emballages qu'il serait susceptible de provoquer l'apparition d'un cancer.

Avec Reuters (Henri-Pierre André et Nicolas Delame)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte