International

Bayer reconnaît des "obstacles" dans son accord à l'amiable de 9 milliards d'euros sur le Roundup

, , , ,

Publié le , mis à jour le 28/08/2020 À 07H48

Bayer rencontre des "obstacles" dans la mise en oeuvre de son accord à l'amiable géant pour solder des milliers de procédures liées aux Roundup aux États-Unis. Un juge américain a menacé le 27 août de lever la suspension du litige.

Bayer reconnaît des obstacles dans son accord à l'amiable de 9 milliards d'euros sur le Roundup
Bayer s'efforce de mettre un terme aux poursuites engagées contre le Roundup et d'autres produits à base de glyphosate. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay
© Wolfgang Rattay

Bayer a reconnu jeudi 27 août qu'il y avait des "obstacles" dans la mise en oeuvre de son accord gigantesque pour résoudre les principaux litiges aux États-Unis liés au Roundup, un herbicide controversé à base de glyphosate et produit par sa filiale Monsanto. En juin, le chimiste allemand avait dévoilé un plan de 9 milliards d'euros (11 milliards de dollars) pour mettre fin à plus de 125 000 procédures. Un juge a toutefois émis des doutes sur les progrès de l'accord.

Un juge menace de lever la suspension du litige

Selon Bloomberg, le juge américain Vince Chhabria a déclaré lors d'une audience jeudi 27 août qu'il craignait que Bayer n'ait "manipulé" le processus de règlement depuis l'annonce de l'accord à l'amiable en juin. Il a menacé de lever la suspension du litige et de laisser la procédure judiciaire se poursuivre. Un avocat a déclaré qu'il était prêt à porter les poursuites devant les tribunaux.

"Il y a souvent des obstacles dans la mise en oeuvre d'une résolution de cette ampleur mais nous restons convaincus qu'un règlement global sera finalisé et exécuté", a commenté Bayer dans un communiqué. Le groupe allemand s'efforce de mettre un terme aux poursuites engagées contre le Roundup et d'autres produits à base de glyphosate, dont il a héritées lors du rachat de Monsanto pour 63 milliards de dollars, bouclé en 2018.

Nouvelle audience fin septembre

Le juge Chhabria a dit aux parties prenantes de continuer à finaliser le règlement et de se concerter sur les prochaines étapes en cas de reprise du litige, une nouvelle audience étant prévue le 24 septembre pour discuter des progrès, a rapporté une source.

Il a vivement critiqué la description de l'accord faite par la société en juin et a déclaré qu'il était enclin à rendre publiques plusieurs lettres confidentielles d'avocats spécialisés dans les questions de consommation se plaignant que Monsanto, la filiale de Bayer, revenait sur l'accord, a rapporté Bloomberg.

Avec Reuters (Mrinalika Roy et Tom Hals, version française Laetitia Volga, édité par Jean Terzian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte