Bayer (Monsanto) engage 5 milliards d'euros d'investissements pour redorer son image

Le chimiste allemand Bayer veut redorer son blason. Vendredi 14 juin, il a annoncé un plan d'investissements de 5 milliards d'euros pour développer de nouveaux herbicides, en alternative au glyphosate controversé et impliqué dans de nombreux procès aux États-Unis. Après le rachat de Monsanto, l'entreprise souhaite aussi réduire son impact environnemental.

Partager
Bayer (Monsanto) engage 5 milliards d'euros d'investissements pour redorer son image
Bayer est confronté à de nombreux procès liés au glyphosate aux États-Unis. /Photo prise le 27 février 2019/REUTERS/Wolfgang Rattay

Bayer s'est engagé vendredi 14 juin à investir 5 milliards d'euros pour développer de nouveaux herbicides et à réduire son impact environnemental de 30% d'ici 2030. Cette annonce intervient alors que le groupe allemand est confronté à de nombreux procès liés au glyphosate aux États-Unis. En mai, les révélations sur le fichage de personnalités en fonction de leur position sur les pesticides a également exposé la filiale Monsato.

Bayer veut redorer son image

"Nous avons écouté. Nous avons appris", affirme le groupe allemand sur son site internet pour lancer cette campagne de communication destinée à redorer une image ternie par les conséquences du rachat en 2018 du semencier américain Monsanto, fabricant du Roundup, un herbicide accusé de provoquer des cancers.

Dans ce communiqué, Bayer insiste sur sa "responsabilité renforcée et [son] potentiel unique pour faire progresser l'agriculture au bénéfice de la société et de la planète". Bayer est sous le feu des critiques depuis l'acquisition de Monsanto pour 63 milliards de dollars (56 milliards d'euros).

Décisions de justice contre Bayer

Bayer conteste que le Roundup soit à l'origine de cancers mais la justice américaine a déjà rendu trois décisions défavorables au groupe allemand, qui a été notamment condamné en mai à verser plus de 2 milliards de dollars à un couple affirmant avoir développé des lymphomes en raison du Roundup.

Bayer doit faire face à plus de 13 000 plaintes relatives au Roundup aux États-Unis. Le groupe est aussi contesté dans son propre pays, en Allemagne, où des défenseurs de l'environnement accusent les pesticides d'être responsables de la disparition des insectes en raison de leur usage excessif par les agriculteurs.

"Alors que le glyphosate continuera de jouer un rôle important dans l'agriculture et dans le portefeuille de Bayer, l'entreprise est déterminée à proposer un choix plus vaste aux cultivateurs", promet Bayer vendredi 14 juin.

Un président fragilisé

Depuis les premiers jugements aux États-Unis l'été 2018, l'action Bayer n'a cessé de baisser. Elle est récemment tombée à un plus bas de sept ans et la capitalisation boursière du groupe allemand a chuté à environ 50 milliards d'euros, soit sous le montant déboursé pour Monsanto.

Ces déboires ont fragilisé son président du directoire, Werner Baumann, auquel les actionnaires ont infligé un camouflet en avril en refusant de lui accorder leur confiance. Werner Baumann a décidé de mettre en place une communication de crise et il a personnellement pris la tête des efforts destinés à redorer le blason du groupe.

Dans son communiqué publié vendredi 14 juin, Bayer s'engage à tenter de réduire son empreinte environnementale en limitant les volumes nécessaires à la protection des cultures et en permettant des épandages plus précis.

Il promet des efforts de transparence en matière de recherche et dans la campagne à venir pour tenter d'obtenir une nouvelle autorisation du glyphosate dans l'Union européenne.

Outre les accusations de nocivité portées contre le glyphosate, Bayer a dû faire face en mai à la révélation de l'existence en Europe de fichiers exploités par Monsanto, qui visaient entre autres des journalistes et des responsables politiques en vue d'influencer le débat sur les pesticides.

Avec Reuters (Tassilo Hummel à Berlin et Douglas Busvine à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS