Bayer demande plus de temps pour finaliser le rachat de Monsanto

MONHEIM, Allemagne (Reuters) - Bayer a dit mardi que le projet de rachat pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros) de l'américain Monsanto ne serait pas finalisé avant le début de l'année prochaine, alors qu'il tablait auparavant sur la fin 2017.
Partager
Bayer demande plus de temps pour finaliser le rachat de Monsanto
Bayer a dit mardi que le projet de rachat pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros) de l'américain Monsanto ne serait pas finalisé avant le début de l'année prochaine, alors qu'il tablait auparavant sur la fin 2017. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender

Les régulateurs européens se sont fixés juqu'au 8 janvier pour évaluer cette opération, mais le groupe allemand a demandé mardi une extension de ce délai au 22 janvier.

La Commission européenne a fait savoir qu'elle se prononcerait bientôt sur cette requête.

"Une finalisation de l'accord au début de 2018 est désormais plus probable qu'à la fin 2017", a déclaré Liam Condon, patron de la division Crop Science de Bayer.

La CE a ouvert le mois dernier une enquête approfondie sur le projet de rachat du spécialiste américain des semences par le géant allemand de l'agrochimie, se disant préoccupée par ses implications en matière de concurrence.

L'exécutif européen estime que la fusion pourrait ralentir le développement de nouveaux produits et ne veut pas voir Bayer occuper une position hégémonique sur le marché des semences et des pesticides.

Bayer, qui organisait mardi une journée presse pour Crop Science, a indiqué que son pôle d'agrochimie serait confronté à la volatilité des marchés mondiaux sur les derniers mois de 2017 avant de renouer progressivement avec la croissance en 2018, y compris au Brésil.

En juin, Bayer avait indiqué que le niveau élevé de stocks chez ses clients brésiliens pèserait sur ses bénéfices annuels.

Le titre Bayer perdait 0,45% à 110 euros vers 9h10 GMT à la Bourse de Francfort, signant l'une des plus fortes baisses du Dax qui reculait de 0,19% au même moment.

(Ludwig Burger; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS