Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Bayer condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple américain à cause du glyphosate

, , , ,

Publié le , mis à jour le 14/05/2019 À 08H09

Troisième condamnation aux États-Unis pour Bayer. Le 13 mai, un jury californien a jugé l'entreprise allemande responsable du cancer contracté par deux personnes ayant utilisé le Roundup, un herbicide au glyphosate fabriqué par Monsanto. Bayer a été condamné à verser plus de 2 milliards de dollars de dommages au couple. En France, le débat sur le glyphosate se poursuit.

Bayer condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple américain à cause du glyphosate
C'est la troisième condamnation pour Bayer aux États-Unis à cause du glyphosate. Photo d'archives/REUTERS/Mike Blake
© Mike Blake

Un jury californien a condamné lundi 13 mai le groupe allemand Bayer, propriétaire du Roundup, à verser plus de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) de dommages à un couple, affirmant que l'herbicide au glyphosate est à l'origine de leur cancer.

C'est le troisième jugement consécutif que perd Bayer aux États-Unis - à chaque fois devant des tribunaux californiens - dans le dossier du Roundup. Bayer a racheté Monsanto, fabricant du Roundup, en 2018 pour 63 milliards de dollars. Il doit désormais faire face à plus de 13 400 actions en justice aux États-Unis. Des soucis judiciaires qui ont amené les actionnaires du groupe allemand à infliger un camouflet au directoire.

Ces affaires s'ajoutent à de nouveaux déboires en France. Le parquet de Paris a ouvert le 10 mai une enquête préliminaire sur le "fichier Monsanto". Plusieurs personnalités et journalistes accusent Bayer de fichage illégal après avoir découvert l'existence d'un document secret répertoriant leurs positions sur les pesticides, notamment sur le glyphosate.

Bayer jugé responsable

Le jury de la Cour supérieure d'Oakland a estimé que Bayer était responsable du lymphome développé par chacun des deux plaignants, Alva et Alberta Pilliod, a déclaré une porte-parole du couple.

Les jurés ont ordonné le versement de 18 millions de dollars de dommages compensatoires et 1 milliard de dollars de dommages punitifs à Alva Pilliod, et de 37 millions de dollars de dommages compensatoires et 1 milliard de dollars de dommages punitifs à son épouse Alberta.

Ils ont estimé que le Roundup était un produit défectueux, que Monsanto avait omis d'avertir des risques cancérigènes que présentait son herbicide et que la firme avait fait preuve de négligence.

Bayer défend l'innocuité du Roundup pour l'humain

Bayer dément que le Roundup, ou glyphosate, soit cancérigène, mettant en avant des décennies d'études et d'autorisations réglementaires prouvant selon lui l'innocuité du Roundup pour l'humain.

Dans un communiqué, la compagnie s'est dit déçue par le verdict et a annoncé qu'elle ferait appel de la décision, considérée par un porte-parole de Bayer comme "excessive et injustifiable".

"Le contraste entre le verdict prononcé aujourd'hui et [l'évaluation de l'agence américaine de protection de l'environnement] selon laquelle il n'y a 'aucun risque pour la santé publique avec les utilisations actuelles du glyphosate' ne pourrait être plus important", est-il écrit dans le communiqué.

Rapports divisés sur le glyphosate

Le juge Winifred Smith, qui a supervisé le procès des plaignants Pilliod, n'a pas autorisé Bayer à présenter la dernière évaluation publiée par l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA), considérant qu'il ne s'agissait pas d'une nouvelle étude scientifique mais simplement d'un "commentaire".

En avril, l'EPA a déclaré que le glyphosate n'était pas cancérigène pour les humains, confirmant les conclusions d'un précédent rapport qu'elle a publié en septembre 2017 après des dizaines d'années d'études.

En 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé pour sa part le glyphosate parmi les produits "probablement cancérigènes pour les humains".

En France, un rapport sénatorial doit être remis le 16 mai sur le sujet. Le document, déjà controversé, estime qu'aucun élément ne permettrait d'établir un lien entre le glyphosate et le cancer.

Avec Reuters (Tina Bellon; Jean-Stéphane Brosse et Jean Terzian pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle