Batteries du Boeing 787 : la crédibilité de la FAA remise en cause ?

La Federal Aviation Administration (FAA), l'agence fédérale américaine de l'aviation, fait face à de nombreux obstacles dans son enquête pour comprendre les raisons de la surchauffe des batteries lithium-ion de deux Boeing 787 Dreamliner en janvier dernier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Batteries du Boeing 787 : la crédibilité de la FAA remise en cause ?

La FAA a-t-elle promis l'impossible en assurant publiquement que le 787 Dreamliner de Boeing ne revolerait que si les enquêteurs étaient "à 1 000 % sûrs" de sa sécurité ?

Comme l'explique Reuters, Ray LaHood, le secrétaire général de la FAA, a imposé un vaste challenge aux enquêteurs en prononçant ces mots il y a quelques semaines. Aucun avion ne peut être sûr à 100 %, "ça va donc être difficile pour la FAA de faire machine arrière sur sa rhétorique exaltée", analyse Richard Aboulafia, spécialiste aéronautique américain, pour l'agence de presse.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Autre écueil que la FAA va devoir surmonter : la remise en cause de sa certification du 787. Depuis le début de son enquête, le Conseil américain de la sécurité des transports (NTSB) s'interroge sur le processus mis en place par Boeing et la FAA pour certifier la sûreté de l'avion il y a plus d'un an. "La FAA va devoir trouver un moyen de faire passer le message selon lequel elle croit que le degré de risque du 787 a été réduit à un niveau très faible, donc acceptable", commente l'analyste.

Selon Reuters, le NTSB devrait faire un point sur ses investigations cette semaine, précisant toutefois qu'il faudrait plus de temps pour découvrir la cause exacte de la surchauffe des batteries de deux 787 Dreamliner japonais en janvier.

L'agence de presse avance la somme de 350 millions de dollars (environ 268 millions d'euros) à propos du coût de l'immobilisation des 49 B787 en service dans le monde depuis le 17 janvier.

A lire sur Reuters : FAA faces obstacles in approving Boeing Dreamliner fix

Elodie Vallerey

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS