Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Basse-Normandie : Agrial enrichit le lait normand

, ,

Publié le

Le groupe coopératif a doublé de taille en quatre ans. Un essor qui va de pair avec ses investissements dans la région.

Basse-Normandie : Agrial enrichit le lait normand
Croissance record pour Agrial avec une progression de plus de 30% de son chiffre d’affaires en 2012.

Les salades Florette, les boissons Danao, les cidres Loïc Raison et Écusson, les soupes et purées Créaline… Derrière ces grandes marques se cachent une coopérative en apparence tranquille, Agrial. Le groupe, implanté à Caen (Calvados), est pourtant en pleine effervescence. En quatre ans, il a presque doublé de taille, enchaînant les acquisitions et les alliances : fusion avec Union Set au Mans en 2009, reprise d’Elle & Vire en 2011, alliance avec Senoble la même année… Résultat, le chiffre d’affaires a bondi de 33% en 2012 par rapport à 2011, à 3,6 milliards d’euros.

"70% de nos 10 000 adhérents sont des éleveurs laitiers", rappelle Michel Mariette, le porte-parole du groupe. Longtemps, Agrial s’est restreint à la collecte du lait pour le vendre ensuite à des industriels, comme Bongrain. Une activité peu rémunératrice. Depuis, il mise sur la transformation, s’alliant avec Senoble dans les produits à marque distributeur et a pris une participation dans Délicelait, spécialisé dans les ingrédients laitiers. De 150 millions d’euros en 2006, l’activité lait d’Agrial totalise 1 milliard aujourd’hui, soit 30% de son chiffre d’affaires.

"Nous nous inscrivons dans l’optique de la fin des quotas laitiers en 2015, pour répondre au potentiel de production supplémentaire de nos éleveurs", explique Michel Mariette. Et ce n’est qu’un début. Agrial s’est engagé début 2013 à fusionner son activité laitière avec le nantais Eurial. Objectif : donner naissance au deuxième groupe coopératif laitier français, derrière Sodiaal, avec 2 milliards de litres de lait collectés ! En parallèle, le groupe a rejoint pour la première fois les États-Unis, avec le rachat de la société Manzana, spécialisée dans la transformation de pommes et la commercialisation de jus, vinaigres et compotes. La clé d’entrée pour vendre les cidres du groupe et les concentrés de pommes des agriculteurs normands aux Américains.

Alliances et diversification

"Toutes les opérations de croissance externe d’Agrial ont été faites pour trouver de nouveaux débouchés aux productions des adhérents, y compris à l’étranger", souligne Olivier Frey, consultant et expert en coopératives, citant le rachat d’activités dans les légumes en Espagne pour "répondre à la grande distribution toute l’année". Les diversifications n’ont pas empêché Agrial de garder les pieds dans sa région historique, avec 2 580 salariés en Basse-Normandie sur un total de 10 000.

Il continue d’y investir : 18 millions d’euros sont prévus pour une plate-forme logistique de 30 000 m2 en 2014, à Argentan (Orne), qui devrait créer une centaine d’emplois. Autres projets : des silos à Carentan (Manche), un site de conditionnement de semences, près de Caen, et une tour de séchage de poudre de lait à Moyon (Manche) pour 2014. De quoi rassurer la Basse-Normandie sur l’attachement d’Agrial à sa région d’origine.

Adrien Cahuzac

Les principaux investissements en cours

  • Alstom va investir 100 millions d’euros pour produire à Cherbourg (Manche) les mâts et les pales de son éolienne offshore Haliade 150, dès 2014. L’usine manchoise emploiera quelque 500 personnes.
  • Frénéhard et Michaux, le fabricant d’accessoires de toitures, implanté à Saint-Symphorien-des-Bruyères (Orne), engage 7 millions d’euros dans la modernisation de ses équipements et de ses machines. Le groupe avait injecté la même somme en 2010 afin de regrouper sa production.
  • EDF aura finalement déboursé 8,5 milliards d’euros pour construire le premier réacteur de troisième génération à Flamanville (Manche). L’EPR devrait être opérationnel en 2016.
  • Lemoine France, spécialiste de produits d’hygiène, lance un investissement de 20 millions d’euros dans la construction d’un site de 1 hectare à Caligny (Orne). Le groupe se dote également d’un outil industriel de dernière génération : les bureaux et l’unité d’assemblage y seront regroupés, ainsi qu’une zone de stockage.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle