L'Usine Agro

BASF se retire du marché des OGM en Europe

,

Publié le

[ACTUALISE] - Le groupe allemand suspend ses activités de développement et de commercialisation d'organismes génétiquement modifiés. Il va plutôt se concentrer sur les principaux marchés en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

BASF se retire du marché des OGM en Europe © designwallat - Flickr - C.C

Le numéro un de la chimie, l’entreprise allemande BASF, doit ajuster son portefeuille et concentrer ses activités de biotechnologie. "Nous sommes convaincus que la biotechnologie végétale est une technologie clé pour le 21e siècle. Cependant, il y a encore un manque d'acceptation de cette technologie dans de nombreuses parties de l'Europe - de la majorité des consommateurs, les agriculteurs et les politiciens. Par conséquent, il n'a pas lieu de continuer à investir dans des produits exclusivement pour la culture dans ce marché", a déclaré le Dr. Stefan Marcinowski, membre du conseil d'administration de BASF, responsable de la biotechnologie végétale.

Les produits dont la production et la commercialisation est arrêtée seront notamment les pommes de terre féculières génétiquement modifiés (Amflora, Amadea et Modène), une pomme de terre résistante au mildiou de la maladie de retard appelé Fortuna ainsi que d'une pomme de terre contre le mildiou de l'amidon résistant et d'une variété de blé résistante aux maladies fongiques.  L’Amflora avait été autorisée en Europe en 2010.

140 postes sur la sellette

Le siège du groupe spécialisé dans les biotechnologies passera de Limburgerhof, en Allemagne, à Raleigh, en Caroline du Nord. Le siège actuel en Allemagne conservera 11 emplois dans certaines fonctions comme la réglementation en Europe. Mais ce sont actuellement 157 personnes qui travaillent sur ce lieu. La société prévoit en plus de fermer ses sites de Gatersleben, Allemagne, et dans Svalöv, en Suède.

Au total, il est donc prévu de transférer 123 postes de Limburgerhof et Gatersleben vers d'autres sites de cette branche, principalement Raleigh, et de réduire les 78 postes au cours des deux prochaines années. En Europe, 140 postes seront supprimés. "Nos employés ont fait un excellent travail au cours des dernières années. Nous regrettons que nous perdons ces emplois de haute qualité en Allemagne et en Suède ", a déclaré le responsable. La direction du groupe entend proposer aux employés d’autres postes au sein du groupe, dans la mesure du possible.

Les activités de recherche et de développement seront concentrées pour leur part à Raleigh, Gand, en Belgique et à Berlin. Les installations de recherche de BASF à à Metanomics à Berlin et CropDesign à Gand seront renforcées. "Bien que les conditions de culture de plantes génétiquement modifiées en Europe sont défavorables, il ya de classe mondiale des instituts de recherche et des universités dans les deux à Berlin et à Gand", justifie le président de cette section de BASF, le Dr Peter Eckes.

La Commission européenne a fait savoir qu'elle prenait acte de cette décision. "C'est un choix d'entreprise et nous prenons note", a commenté Frederic Vincent, porte-parole du commissaire en charge de la Santé et des Consommateurs John Dalli. De son côté, l'association écologiste Greenpeace estime via son compte Twitter que cette annonce est une victoire pour les consommateurs et un pas de plus vers le développement de biotechnologies plus sûres.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte