BASF rachète des activités agrochimiques de Bayer pour 5,9 milliards d'euros

BASF a annoncé vendredi 13 octobre avoir conclu le rachat d'une partie des activités de semences et d'herbicides de Bayer pour 5,9 milliards d'euros en numéraire. Cette opération représente une partie des cessions promises par Bayer afin qu'il puisse racheter l'américain Monsanto.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

BASF rachète des activités agrochimiques de Bayer pour 5,9 milliards d'euros
La transaction conclue entre BASF et Bayer porte sur des pesticides et sur des semences de coton, de colza et de soja.

Le numéro un de la chimie, l'allemand BASF, va racheter des activités agrochimiques de Bayer pour 5,9 milliards d'euros, annoncent les groupes vendredi 13 octobre dans un communiqué. Cette transaction, conditionnée à l'acquisition de Monsanto par Bayer, porte sur des pesticides et sur des semences de coton, de colza et de soja. "Pratiquement l’ensemble des activités liées aux semences de grandes cultures de l’entreprise, ainsi que les capacités de recherche et développement correspondantes sont concernées", précise Bayer. L'ensemble de ces activités avaient généré un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros en 2016.

Plus de 1 800 employés, principalement basés aux Etats-Unis, en Allemagne, au Brésil, au Canada et en Belgique, travaillent à ces activités. Ils seront donc transférés auprès de BASF. Ce dernier va aussi acquérir les entreprises d'aluminium de glufosinate de Bayer situées en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada. "A travers cette acquisition, nous saisissons l’opportunité d’acquérir des activités très attractives sur des marchés et cultures de premiers rangs", estime Kurt Bock, le président du Comité exécutif de BASF.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour Bayer, cette opération représente la majeure partie des cessions promises pour répondre aux préoccupations exprimées par les autorités de la concurrence face à son projet de rachat de l'américain Monsanto, pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros). "Nous adoptons une approche proactive pour aborder les éventuelles questions réglementaires, dans l’optique de faciliter la conclusion de la transaction", a expliqué Werner Baumann, le président du Conseil d’Administration de Bayer. L'industriel a précisé qu'il utiliserait le produit de cette vente pour refinancer en partie l'acquisition de Monsanto et qu'il continuait de coopérer avec les autorités concernées dans le but de boucler le rachat de l'américain début 2018.

La Commission européenne avait justement annoncé le 5 octobre la suspension temportaire de son enquête approfondie sur cette transaction, afin de permettre aux deux sociétés de fournir des informations jugées importantes par Bruxelles. Cette enquête est "en totale cohérence avec le processus initié par la Commission pour les deux autres opérations récentes du secteur", confie-t-on chez Bayer France. Une concentration est effet en cours au sein de l'agrochimie, avec la fusion des géants américains Dow et DuPont, et le rachat du suisse Syngenta par le géant chinois ChemChina.

Léna Corot avec Reuters

0 Commentaire

BASF rachète des activités agrochimiques de Bayer pour 5,9 milliards d'euros

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS