Barrages : le renouvellement des concessions lancé au 2e semestre au mieux

C’est ce qu’a indiqué un responsable du ministère de l’Ecologie, jeudi 28 juin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Barrages : le renouvellement des concessions lancé au 2e semestre au mieux

Les hydrauliciens sont dans les starting-blocks depuis des semaines. Le renouvellement des concessions de barrages français a été repoussé à plusieurs reprises. En 2006, la préférence pour les acteurs historiques, EDF et GDF Suez, a été supprimée par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques. Ainsi le droit français s’est conformé au droit européen. Et les concessions hydroélectriques françaises sont devenues ouvertes à la concurrence. Depuis, les électriciens attendent l’appel d’offres.

Mais le suspens pourrait toucher à sa fin. "On se rapproche" de la date de lancement, mais "quand un nouveau gouvernement arrive, et ce n'est pas propre à ce gouvernement-là, à chaque fois il faut présenter les dossiers les plus urgents. Il se trouve que j'en ai quelques uns, et celui-là fait partie plutôt du haut de la liste", a expliqué Pierre-Franck Chevet, chef de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), lors du forum Enerpresse organisé jeudi et vendredi à Deauville.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mes prétendants sont nombreux sur les rangs. En tête, GDF Suez, qui est déjà le deuxième exploitant de barrages en France, derrière EDF qui contrôle environ 80% de ce marché. Il espère à cette occasion augmenter ses capacités de production dans l'hydroélectricité d'au moins 1 500 mégawatts, mais de nombreux groupes européens espèrent décrocher eux aussi une part de ce gâteau. L'allemand EON, l'italien Enel et les scandinaves Statkraft, Fortum et Vattenfall ont manifesté leur intérêt.

Le patron de la DGEC a également abordé la question du 2ème appel d’offres pour l’éolien offshore. "On reste sur l'idée de lancer une deuxième tranche le plus tôt possible, mais en faisant bien les vérifications nécessaires. Il y a un certain nombre de points qui doivent être vérifiés", notamment pour le choix des zones qui seront soumises à l'appel d'offres. "Il faut être bien sûr que sur les zones qu'on sélectionnera, la situation est bien toujours propice, ou s'il n'y a pas de nouvelles" zones qui seraient adéquates, a-t-il expliqué.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS