Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Barack Obama lance son plan pour une énergie propre afin de combattre le réchauffement climatique

Pierre Monnier

Publié le

Barack Obama a lancé un vaste plan pour réduire les impacts humains sur le changement climatique. Le président des États-Unis, deuxième pays le plus pollueur derrière la Chine, vise, d’ici 2030, une baisse des gaz à effet de serre d’un tiers par rapport à 2005.

Le président des États-Unis, Barack Obama, a tenu lundi 3 aout un discours lançant le plan d’énergie propre. L’objectif est de limiter l’impact du pays le changement climatique. "Aujourd’hui nous annonçons le plan américain d’énergie propre, l’étape la plus importante jamais franchie dans le combat contre le changement climatique", a-t-il déclaré en introduction. Pour se faire, Barack Obama s’attaque aux centrales à charbon qui fournissent 40% de l’électricité des États-Unis.

Des résultats attendus pour 2030

"A l’heure actuelle, les centrales représentent un tiers de la pollution américaine en carbone. C’est plus que nos voitures, nos avions et nos maisons réunis." Par ce constat, Barack Obama compte durcir les propositions de l’Agence de protection de l’environnement (EPA). D’ici 2030, les centrales au charbon devront réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 32% par rapport à 2005 (+2% par rapport à l’EPA).

Le président laissera les états gérer cette réforme : "Chaque État aura la possibilité de mettre en place son propre plan pour réduire ses émissions, parce que chaque État à un mix énergétique différent". En effet, tous les États n’utilisent pas le même taux d’énergies issues du charbon. Actuellement, seuls 25 États ont déjà atteint l’objectif d’un tiers de production d’électricité par les centrales à charbon. 14 états se fournissent pour moitié par ces filières. Pour la Virginie occidentale, le Kentucky et le Wyoming, le charbon est utilisé à plus de 87%.

Les énergies renouvelables seront mises en avant. Dorénavant, les Etats-Unis devront porter leur part d’énergie renouvelable à 28% (l’EPA prévoyait 22%). Aujourd’hui, elle n’est que de 13% (6% d’hydroénergie, 4,4% d’éolien, 1,7% de biomasse, 0,4% de solaire et 0,4% de géothermique). L’accent sera principalement mis sur l’éolien et le solaire.

Des mentalités à changer

Le problème de ce plan d’énergie propre, c’est que Barack Obama ne peut pas l’imposer aux États. Le président américain n’a pas la majorité requise sur les questions environnementales. De nombreux opposants se sont déjà exprimés contre ce plan en invoquant des mesures qui ne feront pas reculer le réchauffement climatique et, au final, une hausse des charges pour les Américains. Mais Barack Obama leur a répondu dans son discours : "Malgré ce que les critiques vous diront, ce plan permettra au final d’économiser près de 85 dollars par an sur les factures d’électricité." Il a même été jusqu’à affirmer qu’avec cette réforme, "il y aura 90 000 crises d’asthme en moins et 3 600 morts prématurées en moins en 2030". Bien sûr, ce plan ne permettra pas d’endiguer le réchauffement climatique à lui seul, mais à l’approche de la COP21, le sommet sur le climat prévu en fin d’année à Paris, les États-Unis veulent être montré comme des précurseurs plutôt que des pollueurs. 

 

La Maison Blanche a publié une vidéo reprenant les principaux points du plan d'énergie propre :


La Maison Blanche lance également un site dédié au plan d'énergie propre.

 

Le discours de Barack Obama présentant son plan d'énergie propre :

La semaine dernière, Barack Obama avait annoncé que 13 grandes entreprises s’étaient jointes à lui dans une série de mesures pour lutter en faveur du climat.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

04/08/2015 - 19h05 -

27 états américains (une majorité donc) sont déjà vent debout contre cette proposition. Ceci n'est qu'une gesticulation d'un Obama en fin de règne qui couvre les apparences. Au niveau médiatique cela devance le sommet de Paris, donne l'impression que les USA ont la main mais concrètement cela n'aboutira à rien. Fort de ces annonces (complètement vides d'effets, je répète) les USA vont faire du bruit à Paris et donner des leçons comme ils aiment. L'écologie devient un enjeu du soft Power comme les autres, c'est bien dommage on respire tous le même air.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle