Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Banania Nutrimaine prend des mesures d'économie

Publié le

Social


Au cours d'un CE extraordinaire, tenu lundi 5 décembre, à Faverolles (Somme) où se trouve l'unique usine et le siège de Banania Nutrimaine (61 salariés ; 29 millions d'euros de chiffre d'affaires),
Pierre-André Gautier, le Pdg de Nutrial (holding) a répondu aux interrogations formulées par les salariés dans le cadre du « droit d'alerte » du CE.

Inquiets des baisses de volume de poudre chocolatée qui sont produits à Faverolles (8400 tonnes en 2005, soit une baisse de 10 % par rapport à 2004 selon la Cgt), les salariés s'étaient mis en grève le 22 novembre pour que la direction de Banania Nutrimaine leur fournisse des « garanties » sur la pérennité du site de Faverolles. Le Pdg a démenti tout projet de délocalisation ou de vente alors que les salariés faisaient état de rumeurs de cession de la marque Banania au concurrent allemand Krüger. Ce dernier, indique la Cgt, fabrique sous des marques distributeurs des poudres pour boissons, dont 25 000 tonnes par an de granulés chocolatés du type « Benco », à un prix significativement inférieur au Benco produit par l'usine de Faverolles, à raison de 3 000 tonnes par an. « Le pire qui pourrait nous arriver serait d'être vendu à concurrent qui fait de la poudre chocolatée » explique Gilles Levert, délégué Cgt de l'usine et secrétaire du CE.

La note écrite remise par le Pdg aux représentants des salariés décrit les différentes mesures prises par la société pour assainir les comptes de l'entreprise rachetée à Unilever en 2003. Ainsi, le groupe rappelle qu'en février 2005, il a vendu au groupe Valade l'usine « Y'a Bon » de Verneuil-sur-Avre (Eure). Selon la Cgt, ce site perdait beaucoup d'argent et plombait le résultat d'exploitation de Banania Nutrimaine (- 4 millions d'euros en 2003 et - 3,4 millions d'euros en 2004). Ce résultat sera légèrement positif en 2005 et il sera encore amélioré en 2006, a annoncé Pierre-André Gautier aux salariés lundi 5 décembre.


Parmi les autres mesures d'économie annoncées figurent la fermeture du siège social (6 salariés) de Levallois-Perret, rapatrié à Faverolles, et la diminution des « coûts indirects » (force de vente et frais généraux). La ligne « achats » est également à la baisse en raison de la diminution des prix des matières premières comme le sucre et le cacao, qui avaient connu des sommets en raison de la guerre civile en Côte d'Ivoire.


Le Pdg a présenté aux employés un programme de lancement de produits destinés à relancer la part de marché de Banania. Mais selon le délégué CGT, le Banania « Tradition » serait produit en moindres quantités au profit d'un « Banania 32 % » (de cacao) destiné à concurrencer le produit rival, le « Poulain à 32 % ». Enfin, Pierre-André Gautier a informé les salariés que Banania Nutrimaine allait investir 550 000 euros en 2006 (+ 43 % par rapport à 2005) dans la maintenance, la sécurité et les process. Une nouvelle chaudière devrait être mise en service en fin 2006.


Depuis la vente par Unilever en 2003, l'activité de la marque Banania est détenue par la société Nutrimaine, elle-même détenue par la holding Nutrial, dont le capital est contrôlé majoritairement (94 %) par deux fonds d'investissement du groupe Caisse des Dépôts, 6 % du capital étant entre les mains du management.


Avec 7 références, Banania revendique une part de marché d'environ 15-16 % sur le marché de la poudre chocolatée en France, derrière Nesquik/Nestlé (28 %) et Poulain/Cadbury (20 %). La part des marques de distributeurs (MDD) sur ce marché, est, quant à elle, estimée à 20-25 %.

Claire Garnier, en Picardie

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle