Baisses de charges, Caddie renfloué par l'Etat, plan de redressement de Siemens, emploi dans les télécoms : la revue de presse de l'industrie

En ce 29 mai, plusieurs mauvaises nouvelles sur le front de l'emploi. Les nuages s'ammoncellent dans le ciel de Caddie, malgré l'intervention de l'Etat. Siemens prévoit un vaste plan de suppressions de postes et l'Arcep livre un bilan négatif pour l'emploi dans les télécoms en 2013. Dans ce contexte, Manuel Valls persiste et signe sur son projet d'allègement de charges.

Manuel Valls persiste : il veut baisser les charges et supprimer provisoirement les effets de seuils

Les résultats des élections européennes n'auront pas de conséquences sur la politique économique du gouvernement.Valls compte bien "maintenir le cap" sur les suppressions de charges, indique le jounal Les Echos en une. "L’allégement de charges des entreprises qu’il s’apprête à présenter sera sans précédent : 9 milliards d’euros dès l’an prochain, 16 milliards en 2016 et 18,5 milliards en rythme de croisière. Par ailleurs, le calendrier de la suppression progressive de la 'C3S' promise par le Premier ministre a été arrêté. Les deux tiers des entreprises en seront exonérées dès l’an prochain. Autre geste en direction des entreprises, François Rebsamen, le nouveau ministre du Travail, a proposé de suspendre pendant trois ans le franchissement des seuils sociaux de 10 et 50 salariés qui déclenchent des obligations légales pour les employeurs : délégués du personnel, comité d’entreprise, etc".

L'Etat vole au secours de Caddie et Altia

La célèbre société alsacienne de fabrication de chariots pour supermarché, Caddie, est au bord de la faillite. Plus largement, c'est le propriétaire de Caddie, la société Altia, qui se trouve mal en point. L'Etat va intervenir. "Les pouvoirs publics veulent éviter le naufrage de tout le groupe Altia, qui a repris Caddie il y a deux ans. Soit près de 3 000 salariés répartis dans dix pays", explique Le Monde. "Après des mois de tractations difficiles, un accord de principe a été trouvé, mercredi 28 mai, entre l'Etat et les trois dirigeants-actionnaires d'Altia, selon des sources concordantes. L'urgence consiste à apporter de l'argent frais à Altia et à ses filiales, dont Caddie, pour éviter la faillite. Les trois fondateurs, Patrice Durand, Nicole Cohen et Patrick Adolf, n'ont pas l'argent nécessaire. C'est donc Bpifrance, le fonds d'Etat français, qui va injecter environ 5 millions d'euros".

Siemens pourrait supprimer plus de 11500 postes

"En plein dossier de reprise d'Alstom, la nouvelle n'est pas forcement bonne pour Siemens qui lorgne une partie des activités du groupe français", commente BFM Business : le groupe allemand envisagerait de supprimer 11600 postes. "L'objectif est d'économiser un milliard d'euros à l'horizon 2016", précise la radio économique. "Il ne s'agirait cependant pas de suppressions d'emplois nettes, un certain nombre de salariés concernés étant reclassés en interne. Mais des licenciements ne sont pas exclus". Un mauvais signal alors que GE, de son côté, promet de créer 1000 emplois s'il est autorisé à reprendre Alstom.

Forte baisse de l'emploi chez les grands opérateurs télécoms en 2013

NextInpact s'est penché sur plusieurs bilans publiés par l'Arcep.

Et "sans surprise, constate le site, "les chiffres sont particulièrement mauvais". "L'autorité indique ainsi que les opérateurs français cumulent selon ses calculs 124 935 emplois, soit tout de même 4232 de moins en un an. Il s'agit de la chute la plus rude depuis 2006. Le bilan est d'autant plus douloureux que le secteur, en grande partie grâce à Orange et Free, était en croissance". Faut-il craindre plus ou moins de suppressions d'emplois dans le secteur avec la vague de rapprochements annoncée ?

Sylvain Arnulf

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS