Baisse en vue à Wall Street, Washington s'attaque à Huawei

Publié le

par Laetitia Volga

Baisse en vue à Wall Street, Washington s'attaque à Huawei
Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance ce vendredi. À Paris, le CAC 40 est en repli de 0,3% vers 12h00 GMT après avoir gagné plus de 1,5% en séance. À Francfort, le Dax prend 0,61% et à Londres, le FTSE gagne 0,67%. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville
© Toby Melville

Les entreprises citées

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse vendredi et les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance, la crainte d'une escalade des tensions commerciales entre Washington et Pékin effaçant le rebond de la production industrielle en Chine. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 0,7% pour le Dow Jones et de 1% pour le Nasdaq et le S&P. À Paris, le CAC 40 est en repli de 0,3% à 4.260,5 points vers 12h00 GMT après avoir gagné plus de 1,5% en séance.

À Francfort, le Dax prend 0,61% et à Londres, le FTSE gagne 0,67%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,5%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,05% mais le Stoxx 600 avance de 0,21%.

La décision par l'administration Trump de restreindre les livraisons de semi-conducteurs au groupe chinois de hautes technologies Huawei, une mesure qui risque de raviver les tensions entre Washington et Pékin, pèse sur la tendance.

Cette décision pourrait être interpretée comme une nouvelle attaque contre la Chine après les nombreuses critiques du président américain sur la gestion par Pékin de l'épidémie de coronavirus et les craintes d'une rupture de l'accord commercial de "Phase 1" conclu entre les deux puissances mondiales.

Les futures de Wall Street se sont orientés à la baisse après cette annonce alors qu'ils profitaient jusqu'alors de la progression, pour la première fois de l'année, de la production industrielle chinoise le mois dernier, à un rythme plus important que prévu.

Les ventes au détail ont revanche baissé de 7,5% en rythme annuel, quand le consensus anticipait un recul moins net de 7,0%, face à la faiblesse de la demande.

"Bien que nous ayons vu quelques signes d'amélioration dans les dernières données chinoises, le fait que les chiffres des ventes au détail soient encore fortement négatifs pour le troisième mois consécutif devrait servir d'avertissement à ceux qui espèrent un rapide rebond de l'activité économique alors que les mesures de confinement s'assouplissent. Toute reprise sera probablement lente et durement gagnée", déclare Michael Hewson chez CMC Markets.

Les investisseurs attendent dans l'après-midi plusieurs statistiques américaines dont les ventes au détail et la production industrielle en avril.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, la majorité des secteurs restent dans le vert, la plus importante progression revenant au secteur des ressources de base dont l'indice Stoxx prend 2,36%.

A Londres, Rio Tinto, BHP, Glencore et Anglo American gagnent entre 3% et 4%.

A Paris, l'opérateur de satellites Eutelsat prend 6,69% après des résultats trimestriels bien accueillis. Dans son sillage, SES avance de 7,48%.

Imerys bondit de 11,13% après l'annonce d'un accord en vue du règlement définitif de contentieux liés au talc aux Etats-Unis. Wendel profite du relèvement de conseil de Citigroup à l'achat pour gagner 4,91%.

En baisse, l'éditeur de jeux Ubisoft cède 2,86% après avoir abaissé sa prévision de bénéfice pour l'exercice 2020-2021 malgré un contexte considéré comme favorable aux éditeurs de jeux vidéo en raison des mesures de confinement.

CHANGES

Le dollar cède 0,1% contre un panier de devises internationales après avoir atteint jeudi un pic de trois semaines. Il réduit toutefois ses pertes après la décision américaine sur Huawei.

L'euro est quasiment stable (-0,05%), n'ayant réagi ni à la contraction conforme aux attentes de 2,2% de l'économie allemande au premier trimestre ni à la baisse de 3,8% du produit intérieur brut (PIB) en zone euro qui confirme la première estimation.

TAUX

Face aux inquiétudes pour les relations commerciales sino-américaines, les rendements obligataires de référence sont légère baisse: celui du Bund allemand à dix ans recule à -0,556% et le rendement des Treasuries à dix ans cède deux points de base à 0,5992%.

PÉTROLE

Des signes d'un retour de la demande de brut alimentent la hausse du marché pétrolier: le Brent gagne 1,77% à 31,8 dollars après un pic à 32,50, un plus haut depuis le 14 avril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,89%, au-dessus de 28 dollars, après être monté à 28,75.

(édité par Patrick Vignal)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte