Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Baisse du nucléaire, essor de l’éolien, consommation stable… Cinq chiffres à retenir du bilan électrique français

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Lors de son rendez-vous incontournable de février, RTE, le réseau de transport électrique, a dressé le bilan électrique français de l’année précédente. 2016 a été une année singulière, selon le président François Brottes qui souligne que les marges de manœuvre du réseau ont été réduites et pointe du doigt le parc nucléaire.

Baisse du nucléaire, essor de l’éolien, consommation stable… Cinq chiffres à retenir du bilan électrique français © RTE

21: C’est le nombre maximum de réacteurs qui ont été arrêtés en même temps au mois de novembre 2016. Un record dû à des programmes de maintenance et à des arrêts pour contrôles demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Au mois de décembre, le nombre de tranches arrêtées s’élevait encore à 15. En conséquence, la production nucléaire française s’est établie à 384 TWh, soit -7,9 %. Au total, l’atome n’a représenté "que" 72,3 % du mix électrique français en 2016.

8632 MW: C’est le record de production éolienne atteint en France. Il a été établi le 20 novembre à 4 heures du matin. Cela représente l’équivalent de 5 à 6 réacteurs nucléaires. Le solaire a aussi enregistré une production record de 5 267 MW le 4 mai à 13h30. Ces performances ponctuelles marquent la montée en puissance des renouvelables en France. Le vent compte désormais pour 3,9 % du mix électrique français avec 20,7 TWh, le soleil pour 1,6 % avec 8,3TWh.

19,6 %: C’est la part totale des énergies renouvelables dans le mix électrique français en 2016. La première de ces énergies est l’hydraulique avec 12 % du mix grâce à de très bonnes conditions de pluie l’année passée. Globalement, la production des énergies renouvelables en France a crû de 6,5 % en 2016 par rapport à 2015.

48,3 %: C’est la part du nucléaire en matière de puissance électrique installée, soit 63,1 GW. Les énergies fossiles (majoritairement gaz avec un peu de charbon et de fioul) reculent pour ne représenter que 16,8 % du parc, soit 21 GW. Le reste est entièrement composé d’énergies renouvelables avec une croissance de 13 % dans l’éolien à 11,7 GW et 9,3 % pour le solaire à 6,8 GW.

1,5 %: C’est la croissance de la consommation électrique en France en 2016. Elle atteint 483 TWh. Cependant, corrigée des aléas climatiques et de l’année bissextile, RTE juge que la consommation est stable comme depuis sept ans. La consommation industrielle stagne également même si on note des disparités d’un secteur à l’autre, comme une croissance de 4,9 % dans la sidérurgie et une baisse de plus de 2 % dans les transports ferroviaires et la chimie.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle