Baisse de la demande et volatilité des prix inquiètent les producteurs européens de plastiques

Publié le

L'activité est en constante décroissance depuis août 2011 et elle devrait reculer cette année, a prévenu ce jeudi l'association représentant les fabricants européens de plastiques. Elle rappelle l'importance de ce secteur qui assuré 22% de la production mondiale en 2011.

Baisse de la demande et volatilité des prix inquiètent les producteurs européens de plastiques © Thomas Hawk - Flickr - C.C.

Les fabriquants européens de plastiques ne voient pas l'avenir en rose. Dans un communiqué diffusé ce jeudi 25 octobre, l'association Plastics Europe qui les représente tire la sonnette d'alarme.

Si la production européenne a augmenté de 0,5% en 2011, pour atteindre 51 millions de tonnes soit 22% de la production mondiale, elle ne cesse de dimunuer depuis août 2011 et "cette tendance s'accélère depuis mars 2012", note l'association. Elle s'inquiète notamment de voir "la production de matières plastiques à un  niveau inférieur de 8%" à son niveau moyen de 2005.

Crise de la consommation

Pour Michel Loubry, directeur général de Plastics Europe, "la crise de la consommation est en train de se faire sentir de façon forte". Selon lui, le secteur de l'emballage, qui assure 40% de la demande de plastique, est en berne.

Du côté de la construction, deuxième débouché pour le plastique, est lui "particulièrement affecté", explique Michel Loubry, en raison de "la baisse perpétuelle des mises en chantier".

Enfin, la hausse conséquente de l'utilisation de matières plastiques dans le secteur automobile ne s'est pas traduite par une forte augmentation de la demande.

Seul point positif, l'électrique et l'électronique continuent de soutenir la demande, du fait de l'engouement pour les appareils comme les smartphones, tablettes et ordinateurs portables.

Volatilité des prix du pétrole

Autre élément d'inquiétude pour Plastics Europe : "le secteur est marqué par un très haut niveau des prix et leur très forte volatilité, liée aux variations des prix du pétrole"

Etant donné la faiblesse de leur marge, les producteurs sont contraints de répercuter immédiatement les hausses de matières premières vers les plasturgistes, qui éprouvent des difficultés à ajuster leurs prix en conséquence auprès de leurs propres clients, explique Michel Loubry.

Pessimisme pour 2012... et 2013

Pour 2012, il s'attend donc désormais à un recul de la production, alors que les producteurs anticipaient une stagnation. Et la reprise attendue pour 2013 ne devrait pas être au rendez-vous.

La France est d'ailleurs un bon exemple de cette situation dégradée. Troisième consommateur d'Europe, son niveau de demande, stable au premier semestre 2011, avait enregistré un repli de 1,5% dans la deuxième moitié de l'année.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte