Bain renonce à son projet d'introduire en Bourse PHE

PARIS (Reuters) - Parts Holding Europe (PHE), spécialiste français de la distribution de pièces détachées automobiles, a annoncé mercredi retirer son projet de cotation à Paris, citant un contexte de marché défavorable, dernière illustration en date d'un recul de l'appétit des investisseurs pour les introductions en Bourse.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bain renonce à son projet d'introduire en Bourse PHE
Parts Holding Europe (PHE), spécialiste français de la distribution de pièces détachées automobiles, a annoncé mercredi retirer son projet de cotation à Paris, citant un contexte de marché défavorable, dernière illustration en date d'un recul de l'appétit des investisseurs pour les introductions en Bourse. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

Le propriétaire des marques Autodistribution et Oscaro évoque dans un communiqué des "conditions de marché défavorables" aux introductions en bourse aux Etats-Unis et en Europe.

En faisant ses débuts en Bourse programmés pour le 3 juin, la société, également connue auprès des professionnels sous le nom d'Autodis, espérait lever 450 millions d'euros afin de rembourser sa dette et de financer son expansion en Europe.

Il s'agit d'un nouveau coup dur pour son actionnaire, le fonds américain Bain Capital, qui avait déjà tenté de coter Autodis en mai 2018 avant d'y renoncer en raison d'un contexte de marché prudent.

"Il y a eu de l’intérêt et de la demande de la part d’investisseurs mais les conditions de marché n’ont pas permis d’atteindre le niveau requis", a expliqué une source au fait de l’opération.

Si 2021 est une année record pour les IPO en Europe et dans le monde, des signes de fléchissement commencent à apparaître.

Le distributeur automobile en ligne allemand Meinauto a récemment renoncé à se coter tandis que le groupe de semiconducteurs Alphawave a vu ses actions dégringoler de 21% pour ses débuts en Bourse le mois dernier.

PHE s'inscrivait comme l'une des premières introduction en Bourse d'ampleur sur le marché réglementé d'Euronext Paris depuis le début de l'année.

Autre candidat à une cotation, le groupe Believe, spécialisé dans l'accompagnement numérique d'artistes et de labels musicaux indépendants, a ramené de 500 à 300 millions d'euros le montant de la levée de fonds espérée de sa cotation à Paris.

"Les investisseurs deviennent bien plus sélectifs et hésitants sur les IPOs", estime une autre source au fait de la situation. "La compagnie elle-même est solide, a de bons indicateurs de performance et des chiffres d'Ebitda à afficher mais il y a eu beaucoup d'émissions à absorber et une certaine fatigue des IPOs commence à se faire sentir".

(Jean-Stéphane Brosse, Abhinav Ramnarayan, Gwénaëlle Barzic et Sarah White, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS