Bailey (BoE) vante les mérites anti-crise des achats d'obligations

LONDRES (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey, a déclaré vendredi que la banque centrale britannique disposait de plus de ressources pour soutenir l'économie après le choc infligé par l'épidémie de coronavirus et que les achats massifs d'obligations étaient plus efficaces en temps de crise.
Partager
Bailey (BoE) vante les mérites anti-crise des achats d'obligations
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey (photo), a déclaré vendredi que la banque centrale britannique disposait de plus de ressources pour soutenir l'économie après le choc infligé par l'épidémie de coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Tolga Akmen

"Nous ne sommes en aucun cas à court de munitions et pour être honnête, il semble que, du point de vue actuel, nous étions trop prudents concernant l'arsenal dont nous disposions avant le COVID", a-t-il déclaré dans le cadre du symposium d'été de la Fed de Kansas City.

Andrew Bailey, qui a pris la tête de la BoE en mars, a piloté depuis des mesures anti-crise incluant une augmentation de 300 milliards de livres, à 745 milliards, du programme d'achats d'obligations et la baisse du taux directeur à un plus bas historique de 0,1%.

Le gouverneur de l'institution a déclaré que les recherches de la BoE montraient que les rachats d'obligations par les banques centrales étaient plus efficaces en période de crise sur les marchés financiers.

"Pour la décennie à venir, je pense que nous devons prendre en compte le message que la crise sanitaire nous a rappelé, à savoir que nos outils doivent être conditionnés aux données économiques", a-t-il déclaré.

"Et avec cela en tête, n'ignorons pas la nécessité de gérer les bilans des banques centrales en conséquence. Il y a des moments où nous devons faire fort et faire vite."

La BoE a précédemment déclaré que les taux négatifs faisaient désormais partie de sa boîte à outils, ce qu'a confirmé ce vendredi Andrew Bailey, mais les marchés jugent plus probable une nouvelle augmentation du programme d'achat d'obligations pour stimuler l'économie.

L'économie britannique a subi au deuxième trimestre une contraction record de 20,4% sous les effets de la crise du coronavirus.

La Banque d'Angleterre a dit s'attendre à ce que l'économie britannique retrouve son niveau d'avant la pandémie à la fin de l'année prochaine. Mais de nombreux économistes estiment que la reprise sera plus longue, ce qui signifie que la banque centrale devra probablement envisager des mesures supplémentaires de soutien.

(Andy Bruce et David Milliken, version française Laetitia Volga, édité par Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS