Aztec en quête d’un repreneur ou d’investisseurs

Aztec, seul fabricant français de dameuses, est en redressement judiciaire. Il veut développer la location de machines aux stations. L'entreprise dispose d’une unité de montage à Crolles (Isère).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Aztec en quête d’un repreneur ou d’investisseurs
Dameuses Aztec

Aztec est sur la mauvaise pente. Le seul fabricant français de dameuses, dont le siège social est basé à Crolles (Isère), qui avait déclenché le 4 novembre 2014 une procédure de sauvegarde a été placé en redressement judiciaire le 5 mai. Il est à la recherche d’un repreneur industriel ou d’investisseurs financiers qui pourraient assurer la poursuite de cette aventure débutée au milieu des années 2000.

Contrôlé majoritairement par Marc Simoncini, le créateur du site de rencontres Meetic, Aztec affiche 1,4 million d’euros de dettes pour un chiffre d’affaires de moins d’1 million sur son dernier exercice. "Il nous manque 2,5 millions d'euros pour équilibrer notre activité et financer le développement de la société, de projets de recherche-développement, des modifications sur les machines", explique Eric Lambert, le président d'Aztec. Sans compter le financement d’une nouvelle offre de location de dameuse full service auprès des stations qui constitue pour le président de la société l’avenir de ce marché confronté aux difficultés budgétaires des collectivités locales et des stations de montagne. L’an dernier, un contrat de cette nature a été signé avec la station pyrénéenne de Cambre d’Aze près de Font Romeu.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Deux machines ont été vendues la saison dernière après la livraison de sept dameuses sur l’exercice précédent à la Compagnie des Alpes et à la Compagnie du Mont-Blanc qui ont accompagné l’entreprise dans la fiabilisation de ses gammes.

Carnet de commandes rassurant

Eric Lambert fait état d’un "carnet d’intentions de commandes" de vingt-cinq machines de la part d’un certain nombre de groupes comme Sofival, Labellemontagne. Des commandes susceptibles de renforcer le parc de dameuses d’Aztec et de rassurer les collectivités locales sur la pérennité de la société. Aztec est en contact avec un certain nombre d’industriels français et étrangers pour poursuivre son activité, notamment avec Lohr Industrie. Ils ont jusqu’au 29 mai pour déposer leur offre de reprise, le tribunal de commerce devant statuer sur ce dossier le 16 juin.

"C’est un bon projet. On avait beaucoup de cartes en main", glisse au passé Eric Lambert qui déclare "vivre depuis six mois entre l’enfer et le paradis". Vingt et une personnes sont aussi concernées par une éventuelle reprise ou une liquidation de la société qui dispose d’une unité de montage à Crolles (Isère).

Vincent Charbonnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS