Environnement

AZF : retour sur 11 ans de bataille judiciaire en vidéo

Astrid Gouzik ,

Publié le

Vidéo La cour d'appel de Toulouse a rendu  son arrêt à l'égard de l'ex-directeur de l'usine, Serge Biechlin et de son propriétaire Grande Paroisse (groupe Total), ce lundi 24 septembre. Ils ont été rendus coupables d'homicides involontaires "par négligence ou imprudence", à la suite de l'explosion qui a fait 31 morts et des milliers de blessés le 21 septembre 2001. Total et son ancien PDG Thierry Desmarest ont été mis hors de cause par la cour d'appel.

Le 21 septembre 2001, l'explosion

Dans la matinée, 300 tonnes de nitrate d'ammonium stocké dans le hangar 221 d'AZF explosent à Toulouse. Les images des environs méconnaissables tournent en boucle.

Le 24 septembre 2001, l'ouverture de l'enquête

Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de l'explosion. Quelques jours après les événements du 11 septembre aux Etats-Unis, il s'agit avant tout d'éliminer la piste de l'attentat à Toulouse. Mais le procureur Michel Bréard estime qu'il "y a 99% de chances pour que ce soit un accident".

 


Mai 2006, les conclusions du rapport des experts

Le rapport final des experts judiciaires sur l'origine de l'explosion de l'usine AZF en 2001 est présenté le 16 mai 2006 au Palais de Justice de Toulouse, devant les victimes et leurs proches et des représentants du groupe Total. Pour les experts, il s'agit bien d'un accident dû à des négligences de manipulation. Des conclusions contestées par Total.


 

De février à juin 2009, le 1er procès

Le 19 novembre 2009, le tribunal correctionnel relaxe Serge Biechlin, le directeur de l'usine, et Grande Paroisse "au bénéfice du doute". Le parquet fait aussitôt appel, parlant d'"un devoir absolu à l'égard de toutes les personnes décédées et de toutes les victimes".


 

 

AZF, dix ans après

Une décennie après l'accident, le bilan de l'explosion de l'usine AZF continue de s'alourdir. La Caisse primaire d'Assurance-maladie (CPAM) et l'Institut de Veille sanitaire (InVS) continuent d'étudier les impacts sanitaires du drame.


De novembre 2011 à mars 2012, le procès en appel

L'avocat général requiert 225 000 euros d'amende contre Grande Paroisse comme en première instance. Il est toutefois plus clément avec Serge Biechlin en réclamant 18 mois de prison avec sursis et 15 000 euros.



Le jugement en appel

Ce lundi, après 11 ans de bataille judiciaire, la Cour d'appel de Toulouse a condamné l'exploitant de l'usine AZF Grande Paroisse et son ex-directeur Serge Biechlin pour homicides involontaires "par négligence ou imprudence" dans l'affaire de l'explosion de l'usine AZF. Serge Biechlin a été condamné à 3 ans de prison dont deux ans avec sursis et 45 000 euros d'amende. Grande Paroisse a été condamné à 225 000 euros d'amende, la peine maximale. La Cour a suivi l'accusation attribuant la catastrophe qui a fait 31 morts et 2.500 blessés le 21 septembre 2001 à un accident chimique dû au mélange de deux produits incompatibles.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte