Quotidien des Usines

Azeo en redressement judiciaire, Alizay symbole de la désindustrialisation ?

, , ,

Publié le

Social. La petite cité d’Alizay dans l’Eure et ses 1 369 habitants vont-ils devenir un symbole de la désindustrialisation française et de la crise économique ?
Après la papeterie du finlandais M-Real, c’est au tour d’une PME de la chimie, Azeo, d’être dans la tourmente.
Le Tribunal de commerce d'Evreux dans l’Eure a mis en redressement judiciaire le 3 novembre cette entreprise d’Alizay, spécialisée dans le conditionnement à façon d’aérosols pour la cosmétique et les produits d’entretien.
« Avec une période d’observation de deux mois pour trouver un repreneur, précise Simone Elhocine secrétaire du comité d’entreprise. Mais ce sera difficile ! En plus d’une dette de 2 millions d’euros selon notre direction, l'usine est classée Seveso seuil haut et la Drire impose des travaux, comme l’enfouissement des cuves de gaz ou la réfection de la station d’épuration, soit environ 3 millions d’euros de travaux. En revanche, nous avons un bon carnet de commandes que, malheureusement nous ne pouvons honorer, faute de fonds de roulement. Nous préparons 20 000 aérosols par jour aujourd’hui alors que nous pourrions en préparer 100 000 quotidiennement ».
Ex-site Alizol du groupe lyonnais Chimiotechnic, l’usine euroise a été reprise en 2008 avec 71 salariés par le groupe financier français Kapa. Contactée, la direction du site est restée injoignable.

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte