Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Avis favorable pour SECOIA et l’élimination des vieilles armes chimiques

, , , ,

Publié le

Un programme de 100 millions d’euros mené sur le camp militaire de Mailly (Aube) doit permettre d’éliminer les armes chimiques de la Première guerre mondiale.

Avis favorable pour SECOIA et l’élimination des vieilles armes chimiques © AFP

Retardé à plusieurs reprises, le programme SECOIA (Site d'élimination des chargements d’objets identifiés anciens) vient de connaître une avancée significative avec la clôture de l’enquête publique et l’avis favorable émis par le commissaire enquêteur. Au terme de cette procédure il a enregistré 108 observations et conclu que la méthode choisie pour la destruction de ces munitions anciennes était fiable, de même que le site retenu n’avait pas lieu d’être déplacé.

Ce projet, dont l’implantation est prévue sur l’emprise du camp militaire de Mailly (Aube), vise à créer une usine en capacité de détruire au cours des vingt prochaines années les quelque 250 tonnes d’obus chimiques actuellement stockés à Suippes (Marne) ainsi que les munitions régulièrement découvertes sur les chantiers (entre 10 à 20 tonnes par an).

Reste à obtenir l'autorisation d'exploiter pour que la société Astrium (18 000 salariés, 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires) puisse démarrer les travaux. Cette filiale à 100 % d’EADS s’est vue confier en mai 2011 par le ministère de la Défense le marché de conception, de réalisation et d’exploitation de cette installation classée (ICPE).

Pour que le site puisse être opérationnel comme prévu courant 2016, les responsables de la branche Astrium Space Transportation (technologies pyrotechniques du groupe) sont venus présenter ce "projet industriel unique au monde" aux entreprises champardennaises. Ils les incitent à candidater aux futurs appels d’offres, constitués de lots. On estime que le montant total de l’opération devrait se situer autour de 100 millions d’euros.

Philippe Schilde
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle