[Avis d'experts] Technologie intelligente : la clé pour faire de la mobilité durable une réalité

Pour progresser vers un écosystème de mobilité proche des besoins des voyageurs et durable, les opérateurs de transport doivent s’approprier un esprit d’expérimentation et d’open innovation, estiment Marc Mechaï et Juergen Reers, d’Accenture.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'experts] Technologie intelligente : la clé pour faire de la mobilité durable une réalité
Marc Mechaï, responsable mobilité France & Benelux d'Accenture, et Juergen Reers, responsable mondial mobilité d’Accenture

Et si chaque mode de transport métropolitain (des trains et métros aux bus et tramways en passant par les voitures, taxis, scooters et vélos) était non seulement neutre en carbone, mais aussi parfaitement interconnecté avec chacun des autres modes ainsi qu’avec l’ensemble de l’écosystème de la mobilité ?

Dans un tel monde, chaque véhicule est de fait un smartphone sur roues qui communique en permanence avec les autres véhicules et avec les infrastructures urbaines pour optimiser les itinéraires, accélérer la logistique, réduire les embouteillages et permettre aux passagers de circuler de manière fluide entre les différents modes de transport et fournisseurs de mobilité.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Trajets multimodaux de bout en bout, un modèle durable

Il s’agit d’un monde dans lequel les trajets multimodaux de bout en bout (comme le covoiturage pour aller à la gare, le tramway pour entrer dans la ville et finalement le scooter pour arriver au bureau) seraient aussi simples, accessibles et directs que de prendre sa voiture ou de sauter dans un taxi.

Cette vision d’un écosystème de mobilité entièrement intégré et optimisé n’est pas seulement plus proche des besoins des voyageurs, elle est également beaucoup plus durable sur le plan environnemental et sociétal. Elle représente le meilleur espoir pour les urbanistes de persuader les citoyens de laisser leur voiture au garage et de passer à des modes de transport plus écologiques.

Identifier les zones mal desservies ne suffit pas, il faut également comprendre les besoins réels et les motivations de ceux qui utiliseront ce service.

La question a toujours taraudé les urbanistes : si vous construisez un nouveau service de mobilité, pouvez-vous garantir que les citoyens l’utiliseront ? Identifier les zones mal desservies ne suffit pas, il faut également comprendre les besoins réels et les motivations de ceux qui utiliseront ce service.

Planifier les systèmes de mobilité selon le point de vue de l’usager

Une façon de le faire consiste à utiliser des informations d’ordre psychologique pour planifier les systèmes de mobilité selon le point de vue de l’usager, en faisant une analyse détaillée des besoins en circulation d’une zone donnée puis de compléter les informations avec une analyse de la psychologie des usagers et de leurs besoins.

Cette approche a été expérimentée dans la région du lac Léman, en proie à des embouteillages persistants malgré des transports publics fiables. Elle a non seulement aidé à identifier les principales lacunes de l’offre, mais également montré à quel point l’adoption finale par des passagers en quête de confort reposait sur des services « premium » offrant plus de commodité et d’avantages que les services conventionnels.

Cette approche de planification centrée sur les passagers peut ensuite se combiner aux avancées des technologies numériques et de l’analyse des données pour commencer la construction d’écosystèmes de mobilité plus durables et intégrés.

Créer des services agiles en fonction de la demande

Un élément clé de cette approche réside dans la création de services agiles qui permettent d’augmenter ou de diminuer la capacité du système en fonction de la demande. Dans la pratique, la difficulté d’obtenir des données en temps réel du système a néanmoins toujours rendu cela extrêmement difficile. En fin de compte, c’est un problème qu’une connectivité V2X continue (entre un véhicule et son environnement) pourrait résoudre à l’avenir.

Mais en attendant, les opérateurs de transport peuvent déjà faire beaucoup avec les données provenant des applications mobiles des passagers par exemple, ou d’autres sources. L’application berlinoise Jelbi (propulsée par la plate-forme Trafi) en constitue un exemple déjà opérationnel.

Les opérateurs de mobilité doivent également s’approprier un esprit d’expérimentation et d’open innovation. Le problème d’intégration est tout simplement trop complexe et comporte trop d’éléments évolutifs pour être résolu seul. Par conséquent, il faut être prêt à partager ses données avec tout un écosystème de partenaires et de développeurs, ainsi qu’à « tester en direct » autant que nécessaire différentes interventions de mobilité, et ce dans le monde réel plutôt que sur une feuille de calcul. Le système d’exploitation intelligent de Columbus, dans l’Ohio, constitue un bon exemple d’application concrète.

Utiliser des données en temps réel et l’IA

Une autre exigence clé consiste à utiliser des données en temps réel et l’IA pour rendre la planification, la programmation et les opérations du réseau beaucoup plus réactives et efficaces. Cela signifie qu’il faut abandonner les processus actuels, annuels ou semestriels, pour une plate-forme capable d’optimiser en permanence le réseau pour augmenter les capacités qu’offrent les actifs existants. La plate-forme israélienne Optibus en est un bon exemple.

Compte tenu des perturbations infligées par la pandémie de Covid-19 et de la situation financière difficile dans laquelle se trouvent désormais de nombreux opérateurs, c’est actuellement la période idéale pour reconsidérer la façon dont les citoyens souhaitent voir fonctionner les futurs écosystèmes de mobilité. Il s’agit là d’une opportunité unique, qu’il ne faut pas laisser passer.

Marc Mechaï, responsable mobilité France & Benelux d'Accenture, et Juergen Reers, responsable mondial mobilité d’Accenture

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

0 Commentaire

[Avis d'experts] Technologie intelligente : la clé pour faire de la mobilité durable une réalité

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS