Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Avis d'expert] Technologies, équipes et culture d’entreprise : la transformation des entreprises ne doit pas être qu’une transformation de façade

Publié le

Tribune Il ne suffit pas d’ajouter un chatbot sur son site internet pour dire d’une organisation qu’elle a basculé dans l’ère du numérique, met en garde Christian Duprat, Vice-Président régional France, Royaume-Uni, Irlande et Benelux chez TIBCO Software.

Eviter que votre transformation numérique ne soit qu’une transformation de façade

La "transformation numérique", expression galvaudée s’il en est, a été le mantra de tous les grands groupes depuis dix ans. Ces derniers, en effet, sont soumis à la double pression d’un consommateur toujours plus exigeant, et d’une concurrence toujours plus rude. Pour autant, il faut s’entendre sur ce qu’on met derrière le terme transformation. Il ne suffit pas d’ajouter un chatbot sur son site internet pour dire d’une organisation qu’elle a basculé dans l’ère du numérique. Les entreprises sont contraintes de mettre en œuvre des stratégies réellement percutantes pour rester compétitives. La technologie en est une composante majeure, mais n’aurait aucun impact sans la mobilisation d’une culture et d’équipes tournées vers l’innovation.

L’innovation : une dynamique et un état d’esprit permanents…

Les entreprises ont longtemps tenu pour acquis le fait qu’elles pouvaient compter sur un avantage comparatif durable : pricing, brevets, design d’expérience… Ce principe est battu en brèche par les géants du web et les startups dites disruptives. Pour rester dans la course, les organisations doivent se penser comme des projets organiques en perpétuelle évolution. Elles peuvent pour cela capitaliser sur des savoir-faire anciens – ce qu’a fait Bic pour diversifier son activité – et/ou faire évoluer leur philosophie – ou Décathlon, jadis "supermarché pour sportifs du dimanche", maintenant référence de l’innovation grâce notamment à sa plateforme "Décathlon création".

La réussite de telles stratégies dépend d’une multitude de variables, dont l’intelligence collective. Saint-Gobain, par exemple, s’est ouvert aux idées de ses collaborateurs et partenaires pour renouveler ses produits – dont un quart n’étaient pas vendus il y a cinq ans. Cette manière de faire s’avère payante, car la marque est aujourd’hui classée parmi les plus innovantes au niveau mondial . L’on voit bien que la problématique est moins technologique que culturelle.

…qui s’appuient sur les outils numériques

Pour autant, il n’est pas question de minorer l’importance des outils numériques dans le processus de transformation. Ces outils sont déterminants à plus d’un titre, car ils apportent une économie certaine de temps, d’argent et d’énergie et permettent d’éliminer les tâches laborieuses. Ce bénéfice est d’autant plus appréciable quand on sait qu’un salarié sur cinq trouve son emploi dépourvu de sens ! Mieux : s’enclenche alors un cycle vertueux, dans lequel les gains de productivité sont réinvestis pour encourager le développement des collaborateurs. C’est donc toute l’entreprise qui désormais se concentre sur des tâches à plus grande valeur ajoutée, de la finance au marketing en passant par les RH. EDF l’a bien compris, et a été jusqu’à ouvrir une structure dédiée au développement de solutions d’IA pour répondre aux besoins métiers du groupe.


In fine, toutes les parties prenantes de l’entreprises sont gagnantes, le client final en premier lieu. Prenons le secteur de l’assurance, soumis à des perturbations majeures (démographiques, climatiques, règlementaires…). Dans ce contexte de forte pression, les compagnies sont obligées de créer des modèles analytiques basés sur la données pour mieux identifier leurs clients et segmenter leurs offres. Grâce au déploiement de ce type d’analyses, le client bénéficie de meilleures options et la compagnie d’assurance gaspille moins de ressources sur des informations non-fiables. Les innovations interviennent à différents niveaux, produisant un effet domino : le service marketing lance une campagne adaptée afin d’attirer les clients, la communication "inbound" est gérée différemment etc.

Adaptabilité et créativité au cœur de la transformation numérique

Transformer une entreprise ne se résume donc pas à lui appliquer un vernis digital : il s’agit d’impliquer toute la structure dans un processus de mutation profonde. Pour cela, les organisations ont tout intérêt à maîtriser les rouages des cycles d’innovation et d’y sensibiliser l’ensemble de leurs collaborateurs. Cela passe par une formation aux outils mais aussi et surtout par le développement de deux qualités fondamentales : l’adaptabilité et la créativité. Dans un contexte de changement permanent, il n’est en effet plus possible de prétendre faire des prédictions fiables à cinq ans. De fait, le principal actif d’une entreprise aujourd’hui réside dans la capacité qu’ont ses équipes à réinventer leur métier et à réagir à de nouvelles donnes.

Prenons donc la question de la – nécessaire – transformation des entreprises par le bon bout : en premier lieu insuffler une culture de l’innovation qui emmène toute la structure et ensuite mettre le potentiel des nouveaux outils au service de cette culture.

Christian Duprat, Vice-Président régional France, Royaume-Uni, Irlande et Benelux chez TIBCO Software
Les avis d'expert sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle