International

[Avis d'expert] Pas de champion européen de l’IA sans "Nasdaq européen"

, , , ,

Publié le

Tribune

[Avis d'expert] Pas de champion européen de l’IA sans Nasdaq européen
L'Europe manque d'un volet financement ambitieux pour devenir un champion de l'IA et être reconnue comme tel.

Faire de l’Europe un champion de l’intelligence artificielle (IA) face à l’avance prise par les Américains et les Chinois, tel est l’objectif de la Commission Européenne et de sa commissaire Ursula von der Leyen en annonçant sa stratégie numérique. L’objectif est louable et les pistes évoquées vont indéniablement dans le bon sens : "marché unique des données", investissement important dans les infrastructures et la recherche.

Il manque toutefois un volet financement ambitieux pour les entreprises européennes de la Tech. Nos concurrents à l’échelle planétaire l’ont quant à eux compris depuis longtemps : construire des champions de l’IA nécessite un accès aux données mais aussi beaucoup d’argent. On ne le dit pas assez, mais l’industrie du logiciel est devenue une industrie lourde, très intensive en capital pour financer non seulement la R&D mais aussi les activités marketing et commerciales. L’unité de compte pour bâtir des acteurs mondiaux de l’IA se mesure en centaines de millions d’euros.

Et en Europe c’est là que le bât blesse. La situation s’est certes améliorée dans le financement "early stage" avec des montants levés en forte progression ces dernières années. On assiste même à des méga-levées de fonds en Europe, même si les investisseurs ne sont pas toujours européens.

Mais alors que les Etats-Unis et la Chine se sont dotés de bourses dédiées aux investissements technologiques, l’Europe est encore nettement à la traîne avec des marchés financiers fragmentés, faiblement acculturés à la Tech et offrant une liquidité et des valorisations nettement inférieures aux places américaines ou chinoises.

L’Europe doit se donner véritablement les moyens de ses ambitions et créer un "Nasdaq Européen" spécialisé sur les valeurs technologiques. C’est le seul moyen de donner à nos champions de l’IA les moyens pérennes de leur développement, de flécher efficacement l’épargne vers l’investissement dans les industries de demain, et enfin d’assurer une nécessaire liquidité aux VC européens qui accompagne les jeunes pousses dans les premières années de leurs aventures.

Afin de ne pas reproduire les erreurs du passé avec feu "’EASDAQ", ce "Nasdaq européen" doit émaner des places de marché existantes en Europe : Euronext, Deutsche Borse …


Par Jamal Labed, confondateur et DG d’EasyVista

Les avis d'expert et tribunes sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte