Economie

[Avis d'expert] Mutations du travail : autorisons-nous à ouvrir le débat pour développer l’innovation et l’intelligence collective

Publié le

Tribune Que va devenir le travail dans le monde post-Covid ? Le travail à distance contraint va-t-il déboucher ou non sur une généralisation du télétravail ? Et si tel est le cas, quelles évolutions du management et de la manière d'occuper le temps et l'espace devront l'accompagner ? Anne-Flore Le Gal, DRH du groupe Micropole, apporte son éclairage à ses questions que tous les responsables d'entreprises se posent aujourd'hui. 

[Avis d'expert] Mutations du travail : autorisons-nous à ouvrir le débat pour développer l’innovation et l’intelligence collective
Que restera-t-il de cette expérimentation forcée du télétravail ?

On aura tout dit ou presque sur le télétravail et son évolution post-confinement, et finalement on n’a encore rien vu. On se perd en conjectures avec des scénarios tantôt extrêmes, tantôt modérés, entre le télétravail à 100 % ad vitam aeternam, et un équilibre (qui reste encore à trouver) entre "home office" et présentiel. Ce qui est certain, c’est que l’on ne travaillera plus vraiment comme avant.

Le télétravail n’est que la partie émergée de l’iceberg dont on pressent les conséquences : évolution du management basé sur la confiance, recours au co-working (passée la contrainte des mesures sanitaires), diminution des mètres carrés de bureaux... Finalement, nous ne savons pas encore précisément comment nous travaillerons demain.

(Ré)interroger notre rapport au temps et à l’espace de travail

Le Covid-19 sonne-t-il le glas du travail tel que nous le connaissons ? Les nombreux débats liés à une éventuelle disparition des open space masquent les véritables mutations en cours. La question n’est pas tant de savoir si l’open space a encore de beaux jours devant lui ou s’il est un espace en voie de disparition, mais plutôt de savoir si cette crise nous donne une occasion de questionner notre rapport à l’espace et au temps, et de repenser nos organisations et nos manières de travailler ensemble.

Et si la crise sanitaire avait fait évoluer les référentiels du travail, notamment le trio unité de temps-de lieu-d’action, dans la plupart des secteurs d’activité ? Aujourd’hui, il convient de distinguer présence et travail. Le fait de travailler à distance n’a pas empêché de nombreux collaborateurs d’être productifs, tout comme le fait d’être présent physiquement au bureau qui ne rime pas forcément avec productivité. C’est en ce sens que l’on peut dire que cette crise du Covid-19 est un véritable accélérateur de transformation de ces référentiels qui restent à réinventer.

Imaginer et inventer ensemble le travail de demain... sans se précipiter !

Nous venons de traverser une période exceptionnelle, où nous sommes devenus en moins de vingt-quatre heures des télétravailleurs à temps complet. D’après une étude Malakoff Humanis (1), 73% des télétravailleurs souhaitent poursuivre l’expérience du télétravail : voilà donc un accélérateur à prendre en compte. Au fil du temps, chaque collaborateur a trouvé des ressources et a fait preuve d’une grande adaptabilité pour travailler à distance. Néanmoins, se trouver éloigné de son lieu de travail et de ses collègues n’est pas bénéfique sur le long terme et peut même affaiblir les jalons d’un travail collaboratif et la performance collective. De nombreuses études recommandent de limiter la durée du télétravail afin de maintenir la cohésion des équipes et d’éviter les risques d’isolement.

De manière assez paradoxale, c’est souvent sous la contrainte que s’opèrent les plus grands changements. Ce qui ne signifie pas pour autant que les changements se font rapidement. On sort d’une expérience collaborateur inédite, qui veut dire quelque chose de différent, pour et sur chacun d’entre nous. Pour autant, urgence ne doit pas rimer avec précipitation. Si nous voulons tirer les meilleurs enseignements et faire évoluer nos modes de fonctionnement de manière pérenne, nous devons miser sur notre capacité à prendre du recul et à analyser sur le long terme. Autorisons-nous plus que jamais à ouvrir les débats, à rebattre les cartes, à challenger et à forger les opinions. Il est nécessaire de mener à bien des réflexions, de prendre de la hauteur et de (re)mettre en perspective, tel est notre leitmotiv et notre « new deal » pour un avenir placé sous le signe du pragmatisme et de l’efficience.

Expérimenter et innover sur les pratiques managériales

Si le télétravail a mis à l’épreuve le management à distance et les compétences spécifiques qu’il requiert, la distance ne tolère pas l’improvisation. Elle exige, de la part des managers, des postures adaptées, pensées, mûries, éprouvées. Savoir organiser, leader les équipes en fonction d'objectifs, renoncer à être le point focal de son équipe, ce sont des qualités précieuses. Il est grand temps de se saisir de cette expérience pour embrasser et améliorer la relation au travail au sein des entreprises. Cette crise aura permis d’accélérer le management par objectifs, de repenser nos modes de collaboration et de communication, et de questionner le sens et la confiance. L’HappyIndex®AtWork semble en confirmer le bien fondé et l’impact. C’est à travers ces deux ingrédients, sens et confiance savamment dosés, que les organisations doivent repenser leur quotidien différemment et l’avenir tout autant.

De nombreuses entreprises lancent des enquêtes concernant le bien-être de leurs collaborateurs. Et pourquoi ne pas aller plus loin en questionnant notre capacité à innover, à expérimenter et à être créatifs ? Nous constatons que les managers ont particulièrement bien tenu la barre, et que les modes de management et l’innovation ont été accélérés par le télétravail. Cette période inédite, expérimentée au niveau individuel et collectif, a renforcé notre conviction de développer une nouvelle expérience collaborateur-manager innovante : le management par les talents naturels. L’enjeu ? Identifier et mobiliser les forces individuelles au profit du collectif pour développer l’agilité et l’intelligence collective. Chaque manager doit être porteur de sens et catalyseur d’innovations pour accélérer la transformation de manière transverse et pérenne. Autrement dit, prendre en compte toutes les individualités, le vécu professionnel de chacun et respecter l’histoire, l’ADN de la société pour construire un avenir commun.

Communication, Coopération, Coordination : les « 3C » du travail collaboratif

Le maintien du collectif et le renforcement de l’intelligence collective passe à la fois par le mindset et les outils : l’outil sans l’état d’esprit n’a que peu de valeur, et réciproquement. L'innovation collective nécessite impérativement des interactions en proximité physique, souvent informelles : on avance et on innove à partir du moment où l’on se nourrit des échanges et des interactions humaines. La confrontation des idées est la base de toute innovation. Quand il s'agit d'être créatif, agile, de travailler en équipe sur des sujets complexes, les réunions physiques sont souvent bien plus performantes.

La crise aura eu le mérite de forcer la remise en question de nos pratiques organisationnelles et managériales avec humilité pour favoriser l’intelligence et l’innovation collectives et sortir grandis de la crise.

Anne-Flore Le Gal, directrice des ressources humaines, groupe Micropole

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la responsabilité de la rédaction de L'Usine Nouvelle. 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

(1) Etude Télétravail de Malakoff Humanis réalisée le 15 et le 20 avril 2020

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte