[Avis d'expert] Les nouvelles technologies au cœur de la révolution énergétique

Sous l’impulsion de l’évolution des télécommunications, du numérique et des objets connectés, le secteur de l’énergie a entamé une révolution. Intégration de nouvelles énergies, suivi de consommation, pilotage et maîtrise de la consommation en temps réel, autant d’opérations possibles grâce à ces technologies qui accompagnent la transition énergétique. Le point avec Julien Tchernia, le cofondateur et CEO d’ekWateur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'expert] Les nouvelles technologies au cœur de la révolution énergétique
Julien Tchernia, cofondateur et président d'ekWateur.

Téléphone, radio, internet… Depuis 1840 et l’invention du télégraphe, les télécommunications ont connu des révolutions. Des évolutions qui ont bouleversé tous les secteurs d’activité, notamment celui de l’énergie en affectant toute la chaîne depuis la production, jusqu’à la distribution en passant par le transport. Et aujourd’hui nous ne sommes qu’au balbutiement de l’exploitation de cette technologie dans l’énergie.

Les leviers d’actions du numérique pour accompagner la transition énergétique

Si la gestion des énergies est centrale dans la problématique de l’écologie et de l’environnement que nous traversons, je suis convaincu que le monde n’est qu’énergie et que pour le sauver il nous faut changer d’énergie. Ainsi, favoriser les renouvelables, les bas-carbone et les résilientes, participe à la maîtrise de l’énergie et donc à la transition écologique. Aussi en tant qu’ancien des télécommunications, je pense qu’une partie de la solution se trouve dans ces dernières et je suis persuadé que les NTIC, et plus généralement les nouveaux outils numériques, sont au cœur du succès de la transition énergétique, jusqu’à devenir essentiels pour cette dernière.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le numérique au cœur de la gestion du réseau électrique

Le réseau électrique repose sur un équilibre parfait entre l’offre et la demande, ou plus exactement entre la production et la consommation d’énergie. L’électricité étant une énergie qui ne se stocke pas, fournir de l’énergie aux consommateurs revient à produire en flux tendu en fonction de la demande. Aussi, plus elle est importante, plus la production doit être conséquente. Et inversement. La mesure de cet équilibre se faisait via la fréquence du réseau électrique de 50 hertz. Un changement de la fréquence signifiant un changement de l’équilibre offre demande. Ce signal était jusqu’à présent le seul utilisé pour rééquilibrer le système, en affectant « mécaniquement » les unités tournantes des moyens de production. Impossible par contre d’impacter la consommation des sites de petite taille, telles les maisons des particuliers.

Aujourd’hui, des compteurs communicants peuvent envoyer toutes ces informations en temps réel au réseau de transport d’énergie (RTE) et contrôler à distance les équipements électriques. Grâce à ces données, tous les opérateurs d’énergie peuvent non seulement mieux suivre et anticiper les besoins en énergie, mais surtout agir sur la consommation en pratiquant ce que l’on appelle l’effacement diffus. Ainsi en accord avec les consommateurs, les fournisseurs réduisent quelques minutes leur consommation d’énergie, en période de forte sollicitation du réseau. Il est possible désormais d’assurer l’équilibre du réseau en jouant sur la demande et non uniquement l’offre.

Autre point d’action du numérique : le développement de l’autoconsommation des EnR

En permettant de suivre la consommation, les compteurs et réseaux intelligents (smart grid) favorisent l’intégration des énergies renouvelables dans le mix électrique. En effet, grâce à la prévision de la consommation et l’interconnexion des réseaux, les fournisseurs peuvent plus aisément gérer l’intermittence des EnR. L’intelligence des réseaux facilite aussi l’autoconsommation d’énergie renouvelable. Initialement conçu pour conduire l’électricité du producteur vers le consommateur, le réseau évolue et devient plus dynamique, plus décentralisé, permettant à de nombreux sites d’être à la fois producteur et consommateur.

Dernière technologie enfin : la blockchain. En effet, celle-ci peut être un élément important de la transition énergétique, car en tant que technologie décentralisée, elle permet aux fournisseurs d’accéder, via une plateforme décentralisée, à toutes les données de consommation et de production d’énergie en temps réel. La technologie blockchain assure une plus grande transparence sur toute la chaîne de l’énergie.

Aujourd’hui la vision historique de la gestion du réseau principalement par l’offre est dépassée. Il est possible aussi de jouer sur la demande, pour que celle-ci s’adapte à l’offre, et ce grâce aux nouveaux moyens de télécommunications.

par Julien Tchernia, cofondateur et CEO d’ekWateur
Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS