[Avis d'expert] L’électricité à prix coûtant est une fausse bonne idée

Le Commission européenne soutient depuis 2019 la tarification "dynamique" de l'énergie et impose aux fournisseurs d’électricité de plus de 200 000 clients de proposer au moins une offre "à prix variable", indexée sur le prix du marché de gros, dès 2022. Une solution dangereuse pour la plupart des consommateurs, explique Albert Codinach, CEO du fournisseur d’énergie Planète OUI.

Partager
[Avis d'expert] L’électricité à prix coûtant est une fausse bonne idée
Les fournisseurs d'énergie doivent trouver d'autres types d'incitation à la sobriété énergétique que la tarification dynamique poussée par l'Europe.

Le marché français de l’électricité commence à voir poindre des offres qui promettent aux clients de payer l’énergie à prix coûtant. Une promesse qui semble alléchante… Mais qui se révèle intéressante pour une infime partie des consommateurs, au (rare) profil d’expert dans les marchés de l’énergie. Ce type d’offre ne doit et surtout, ne peut pas, devenir un standard du marché au vu de certains risques pour le client final. Revue de détails.

En termes de contexte législatif, la Commission européenne soutient depuis 2019 la tarification "dynamique" de l'énergie et impose aux fournisseurs d’électricité de plus de 200 000 clients de proposer au moins une offre "à prix variable", indexée sur le prix du marché de gros, dès 2022.

Qui fournit doit endosser le risque

Le rôle d’un fournisseur est de gérer un portefeuille de consommation pour assurer une stabilité des prix. Sa mission est de garantir à ses clients un prix de fourniture avec un maximum de visibilité quels que soient les aléas du marché. C’est une forme d’assurance pour le consommateur (comme pour une assurance classique d’ailleurs !) et donc de tranquillité d’esprit. Le fournisseur doit porter les risques liés aux variations de prix. Sinon, son rôle se limiterait uniquement à être un intermédiaire sans aucune valeur ajoutée, prenant sa commission, et déléguant le reste au consommateur ? Un peu facile…

Laisser le consommateur devenir un trader exposé aux prix du marché de gros, c’est lui faire porter le risque lié aux variations du prix spot (soit le prix horaire de l'électricité). S’il oscille de façon générale entre 20 et 80 €/MWh, il arrive qu'il explose, avec une limite à 3 000 €/MWh (ce qui peut arriver, par exemple, un jour de semaine, en hiver, vers 19 heures). Dans ces cas-là, le risque revient au client, qui va payer son électricité… 3 000 euros sur ces heures-là ! Même si ce risque est prévisible – puisque le client peut connaître le prix une heure avant de consommer et peut donc théoriquement choisir de ne pas consommer à ce moment-là si les prix sont trop élevés, quid de la durée ? Si cela dure plusieurs heures, cela devient une réelle contrainte au quotidien. Contradictoire, donc, avec la notion de bien de première nécessité qu’est l’électricité.

Le cas Texas appelé à se renouveler

Malgré une promesse de maîtrise de sa consommation avec ce type d’offre, le consommateur peut donc, au final, voir sa facture s’envoler. Un événement climatique hors normes peut également faire exploser les prix sur le marché de gros. La récente vague de froid au Texas dernièrement l’a prouvé avec des habitants qui ont reçu des factures affichant des montants faramineux, jusqu'à 17 000 dollars. On le sait, ce type d’événement survient malheureusement de plus en plus fréquemment - en cause le réchauffement climatique… Cela pose donc question sur la récurrence de ces événements à l’avenir.

Ce type d’offre nécessite que les consommateurs soient pleinement impliqués dans la gestion de leur consommation afin que celle-ci soit en adéquation avec les prix du marché s'ils veulent en tirer un profit financier. Un rôle qui ne devrait pas incomber au consommateur et qui peut représenter une charge mentale supplémentaire pour le foyer.

Des offres qui fragilisent les plus précaires

Par ailleurs, ce type d’offre ne pourra être assumé que par des consommateurs ayant les reins les plus solides. En effet, cela pourrait creuser la précarité énergétique de certains consommateurs, notamment les 5 millions de personnes qui ont du mal à payer leurs factures énergétiques en France. Le médiateur de l'énergie est ainsi opposé à la facturation dynamique qui pénaliserait les plus fragiles. D'ailleurs, les fournisseurs ont plutôt tendance à proposer aujourd'hui des offres qui garantissent une stabilité des prix pendant plusieurs années, garant de la stabilité. Il craint la communication de certains fournisseurs, qui insisteront sur les économies réalisables et non sur les risques pour des personnes qui n'ont donc pas la main sur le moyen de chauffage, ni sur l'isolation de leur logement.

Les consommateurs doivent être davantage sensibilisés aux enjeux énergétiques et à une meilleure gestion de leur consommation, afin de la déplacer et de la réduire, mais le moyen mis en avant avec les offres à tarification dynamique n’est pas le plus pertinent, pour le risque que cela fait porter au consommateur sur le montant de sa facture mensuelle, mais aussi pour l'effet "sanction" qui pourrait arriver durant les heures les plus chères. Il faut poursuivre un travail de pédagogie pour accompagner les consommateurs vers la sobriété énergétique, un des piliers de la transition énergétique et un facteur clé pour l’émergence d’une énergie 100 % renouvelable.

D'autres outils pour pousser la sobriété énergétique

Les fournisseurs doivent trouver des solutions de flexibilité permettant au client d’adapter sa consommation en fonction des prix de manière intelligente. Aujourd'hui, pour aller dans ce sens, les indicateurs permettant aux clients de mieux comprendre leur consommation, et de pouvoir l'analyser (en la comparant avec d’autres consommateurs similaires par exemple) sont essentiels. Des pistes sont à creuser pour proposer des cadrans supplémentaires (heures à tarifs très bas creuses, heures week-end...), afin d’inciter les gens à décaler leur consommation.

Les fournisseurs doivent donc inciter financièrement les consommateurs à mieux et moins consommer tout en gérant le risque de variation des prix. Oui pour une tarification plus dynamique, mais qui soit incitative. Le but final est que les gens consomment mieux sans leur faire porter le risque. In fine, s'ils consomment mieux, ils paieront moins cher et avec un mix énergétique meilleur.

Rendre l’énergie renouvelable accessible au plus grand nombre, tout en assurant une stabilité des prix pour le consommateur, ira dans le sens de la transition et de la sobriété énergétique. L’électricité, bien de première nécessitée par excellence et enjeu clé de la transition, ne doit pas devenir un « terrain de jeu ».

Par Albert Codinach, CEO de Planète OUI

Les avis d'expert et tribunes sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - TSINGONI

MISE EN OEUVRE D'UN DISPOSITIF DE VIDEOPROTECTION URBAINE.

DATE DE REPONSE 08/01/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS