Environnement

[Avis d'expert] Gaz SF6 : la transformation des réseaux électriques s’impose

, , , ,

Publié le

Tribune Les experts prévoient une augmentation de la demande électrique de 62 % d’ici à 2050 . Les professionnels du secteur doivent anticiper cette croissance en proposant une génération électrique toujours plus décarbonée et une distribution électrique toujours plus efficace. Le développement induit des équipements de réseaux électriques doit privilégier des solutions plus vertes. L’un des axes de travail est de notamment supprimer la présence de SF6, très puissant gaz à effet de serre qui est contenu dans ces équipements électriques et utilisé comme isolant. De plus en plus de réglementations encadrent son utilisation, et c’est aussi la responsabilité des équipementiers, des usagers industriels et opérateurs de réseaux, d’agir. Car l'action en faveur du climat est l'affaire de tous ! Par Philippe Sauer, vice-président Power Systems France de Schneider Electric.

[Avis d'expert] Gaz SF6 : la transformation des réseaux électriques s’impose
1 kg de SF6 (gaz fréquemment utilisé dans les équipements électriques) est équivalent au potentiel de réchauffement global (PRG) de 23 500 kg de CO2, et survit environ 3 200 ans dans l’atmosphère.
© Bicanski/Pixnio

La demande en électricité va exploser. Le Boston Consulting Group estime par exemple que les véhicules électriques et hybrides représenteront 51 % des ventes de voitures dans le monde en 2030. Les besoins en climatisation vont tripler d’ici 2050, avec une consommation équivalente à celle de la Chine et l’Inde réunie aujourd’hui. En parallèle, la croissance des énergies renouvelables va nécessiter plus d’installations et d’équipements de réseaux électriques, principalement de moyenne tension. Il paraît donc indispensable de penser les réseaux de demain de manière bien plus efficiente et durable. Y compris en éliminant, grâce aux innovations techniques récentes, le recours aux gaz fluorés dans les équipements de protection et conduite des réseaux.

Le SF6, un gaz nocif pour l’environnement

L’hexafluorure de soufre (SF6), largement utilisé aujourd’hui dans les équipements moyenne tension, est un gaz artificiel qui présente la particularité d’être un excellent isolant électrique. De ce fait, il est utilisé dans les installations pour garantir leur sécurité, il permet notamment d’éviter la création d’arcs électriques. Malheureusement, ses qualités ne peuvent effacer le fait que c’est un gaz nocif pour notre climat s’il est libéré dans l’atmosphère : 1 kg de SF6 est équivalent au potentiel de réchauffement global (PRG) de 23 500 kg de CO2, et survit environ 3 200 ans dans l’atmosphère. Au sein de l’Union européenne, 10 millions d’équipements électriques actifs utilisent du SF6, soit environ 8 600 tonnes (Fraunhofer Institute), et ont une durée moyenne de vie de 25 ans. En fin de vie, ces équipements sont à ce jour peu recyclés mais simplement démantelés, ce qui provoque alors le relâchement du gaz. Des innovations récentes permettent de s’affranchir de l’utilisation du SF6.

Vers un futur sans SF6

De nombreux pays ont montré la voie et pris des mesures pour lutter contre l’utilisation du SF6. Au niveau européen, une directive interdit son utilisation autrement que pour des applications médicales, militaires, d’accélération de particules ou d’installations électriques. Pour toutes les autres applications, le Japon, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse, la Norvège ou encore la France ont conclu des accords avec les industriels pour réduire leurs émissions d’hexafluorure de soufre.

Dans l’hypothèse d’un remplacement des équipements actuels par des appareillages sans SF6 à compter de 2025, le volume de SF6 aura quasi disparu des réseaux électriques d’ici 2050. La filière de recyclage devant en parallèle être imposée, pour tout équipement en fin de vie.

Tous les acteurs de l’industrie électrotechnique travaillent à des alternatives d’équipements sans SF6. Jusqu’alors, les solutions identifiées n’étaient pas viables aux niveaux économique et technique (coût trop élevé, incompatibilité avec les sites existants, encombrement physique). Certains gaz alternatifs au SF6 présentent également un risque potentiel élevé pour la santé et/ou l’environnement. Mais de nouvelles technologies prometteuses commencent à émerger. La responsabilité de la filière électrique (équipementiers, installateurs, gestionnaires de réseaux, grands sites consommateurs…) est d’accélérer le déploiement de ces équipements innovants pour enlever une fois pour toute le SF6 de nos réseaux.

Dans un monde plus électrique et plus décarboné, l’objectif est essentiel et à notre portée ; la responsabilité de tous les acteurs de filière est cruciale. Nos efforts ont un sens, car ils œuvrent pour un futur plus propre et responsable.

Philippe Sauer, vice-président Power Systems France, Schneider Electric

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine nouvelle.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte