[Avis d'expert] Et si on changeait… l’accompagnement du changement ?

Pour Catherine Lainé, directrice de projets à la Cegos, il est urgent de changer l'accompagnement du changement. Elle préconise une méthode made in USA qui s'appuie sur les forces de l'entreprise et des individus : l'appreciative inquiry. Une façon pour changer mieux.  

Partager
[Avis d'expert] Et si on changeait… l’accompagnement du changement ?

Puisque le changement est aujourd’hui permanent dans les entreprises, comment amener les managers et leurs équipes à vivre les transformations différemment ? À les aborder comme un projet à réaliser ensemble, et non plus comme un problème à résoudre ?

La complexité au sein des organisations est grandissante et une seule intelligence, aussi brillante soit-elle, ne peut y répondre seule : rechercher des idées de toute part est une nécessité. Les équipes sont ainsi de plus en plus sollicitées pour accompagner les changement. Leur adhésion, leur enthousiasme et leur implication sont à construire et à challenger en permanence.

Des outils pour réaliser une ambition pas pour traîter un problème

Notion née dans les années 80 aux Etats-Unis, l’appreciative inquiry est une approche résolument orientée sur les ressources, les richesses, les forces et les talents de l’entreprise. Elle se différencie des approches « lacunaires » : à la fois méthode et posture, l’appreciative inquiry suggère d’apprécier ce qui donne vie, ce qui fait fonctionner un système ou une organisation, afin d’en faire le tremplin du futur souhaité.

Mettre les personnes en énergie, en dynamique positive, c’est avant tout une manière de poser des questions, d’approcher un sujet, de dialoguer. Ceci n’exclut pas la lucidité, car il ne s’agit pas d’ignorer les difficultés. On cherche des solutions pour réaliser une ambition ou un projet plutôt que pour traiter un problème.

5 étapes pour construire de nouvelles forces

La méthode se réalise en 5 étapes :

  • Formuler un projet de manière positive, en valorisant ce qu’on désire vraiment plutôt que ce qu’on ne veut pas. Cette première étape se fait avec un petit groupe de personnes représentant les différentes fonctions de l’organisation concernée. La manière de poser un sujet prédit de facto la dynamique qui va se mettre en place.

  • Mobiliser les acteurs de l’entreprise, en impliquant toutes les parties prenantes dans l’expression des forces et des meilleures pratiques. L’objectif est de faire dire aux principaux intéressés ce qu’ils ont vécu de positif dans des situations analogues et surtout ce qu’ils ont mis en œuvre, en termes de compétences notamment, de manière à les mobiliser de nouveau.

  • Créer une vision commune et clairement orientée vers les résultats en relation avec le potentiel découvert et avec des questions sur des finalités « supérieures » : pour aller vers l’avenir, il faut le rêver, en avoir envie et l’imaginer collectivement. A ce stade, la créativité doit s’exprimer de la manière la plus ouverte qui soit : c’est l’étape du « et si tout était possible ? ».

  • Passer du rêve à la réalisation, créer des propositions possibles pour l’organisation idéale, en explicitant un design d’organisation que les équipes se sentent capables de porter. C’est une phase de construction qui doit se matérialiser par des plans d’actions toujours co-construits.

  • Déployer pour renforcer la capacité de détermination de toute l’organisation, la rendre capable de construire de la confiance et de soutenir l’élan pour le changement en cours et sa réussite à venir. Lors de cette étape de déploiement, l’approche appréciative est plus que jamais nécessaire pour mettre en avant les avancées, les réalisations, les succès … et ainsi conserver la dynamique positive.

Au final, l’ensemble de cette démarche est une excellente manière d’ancrer positivement les changements dans les esprits de toutes les parties prenantes : plutôt qu’ « épuiser » les forces existantes, on en construit de nouvelles en permanence.

Pour aller plus loin consultez le blog que Cegos consacre au management : www.blog-management.fr

Catherine Lainé est directrice de projets pour le groupe Cegos. A ce titre, elle mène des missions d'accompagnement de personnes et d'équipes, d'ingénierie pédagogique et de formation sur les thèmes du management, du leadership et de la dimension émotionnelle dans le champ de la vie professionnelle, pour un public de dirigeants et de managers. Elle a récemment publié, avec Emmanuel Portanéry et Etienne Roy, « Exprimer sa gratitude pour vivre heureux » chez ESF Editeur.

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS