Economie

[Avis d'expert] Et si l’industrie osait la collaboration 4.0 ?

Christophe Bys , , ,

Publié le

L'industrie 4.0 ne donnera ses pleins effets si et seulement si elle change ses méthodes de travail. Place à plus de collaboration pour que les outils numériques se déploient dans toutes leurs potentialités. Telle est la thèse de Jean-Marc Gottero, directeur de Slack France.    

[Avis d'expert] Et si l’industrie osait la collaboration 4.0 ?
Le travail collaboratif est un élément clé de l'industrie 4.0.
© Headway - Unsplash

Depuis le début des années 80, l’industrie manufacturière française était sur le déclin… La part qu’elle représente dans l’économie nationale ayant diminuée de moitié depuis lors, passant de 30% à moins de 15% (1). Aujourd’hui pourtant, un vent nouveau semble souffler sur les usines. Avec l’Industrie 4.0 l’objectif est clair : redonner des espaces de compétitivité aux industries européennes en accélérant l’ensemble de la chaîne de production, de l’usine au consommateur. Comment ? En s’appuyant sur les outils technologiques.  Robots, IA, Big Data… ces technologies sont autant d’opportunités de croissance pour ce secteur - à condition d’adopter de nouvelles méthodes de travail, seules capables de révéler le potentiel de ces technologies numériques. Car, dans un écosystème où l’accélération à tout prix augmente exponentiellement les possibilités d’erreurs, la collaboration devient plus critique que jamais.

Productivité : de nombreux défis

Dans le secteur industriel, la question de la productivité est essentielle - et la France a dans ce domaine longtemps fait figure de moteur européen. Les écarts entre les secteurs et les entreprises se creusent toutefois. Ainsi, dans son premier rapport publié en avril 2019 , le Conseil National de Productivité, nouvel organisme d’état en charge de la coordination des politiques de productivité, fait le constat du ralentissement des secteurs traditionnels, dont l’industrie, au profit des secteurs à forte concurrence tels que la tech. En outre, cela met en évidence le rôle que doit jouer ce nouveau secteur innovant : infuser dans toutes les branches de l’économie les outils, méthodes et approches qui permettent de gagner du temps et de maximiser les ressources. 

L’Internet des Objets, notamment, bouscule le secteur industriel. Au-delà de la dimension gadget, qui a souvent les faveurs médiatiques, cette technologie, sur laquelle repose entre autres l’Industrie 4.0, permet aux fabricants de dépasser la simple production de produits pour se tourner vers la production de données d’usage. Analyser le rendement des outils de productions, prévoir les pannes, ou encore découvrir l’usage que font les consommateurs des produits fabriqués, l’entreprise industrielle n’a jamais été autant abreuvées d’informations. Très précieuses pour améliorer la performance, cette incroyable quantité d’informations doit être traitée et partagée pour servir le collaborateur et l’entreprise. La question des méthodes de traitement et de management est donc au cœur du débat.

Augmentez le niveau de collaboration et d’agilité

Presque toutes les entreprises, tous les services et tous les employés ont des processus de travail uniques. Il n'est donc pas possible de fournir des solutions uniques qui maximisent les niveaux individuels de productivité. Cependant, ce que les technologies automatisées peuvent faire, c'est offrir aux entreprises et aux collaborateurs plus de liberté pour accomplir leurs tâches quotidiennes de la manière la mieux adaptée à leurs méthodes de travail. 

Donner aux membres de l'équipe la liberté de collaborer grâce à l'utilisation de technologies innovantes permet d'aligner les équipes et aide les entreprises à maintenir une vision cohérente. La technologie joue ainsi un rôle central dans la promotion de la collaboration dans l’industrie. Cette simple capacité à partager les compétences, à travailler ensemble en temps réel et à véritablement collaborer n'est pas seulement bonne pour l'entreprise. Chaque membre de l'équipe peut s'impliquer et partager ses connaissances. C’est à dire mettre à profit le pouvoir de l’intelligence collective. Enfin, les outils technologiques, qu'ils soient conçus pour simplifier la gestion des flux, pour automatiser les tâches administratives ou encore assurer l’accès rapide aux informations doivent avoir un seul objectif : simplifier le travail des collaborateurs pour qu’ils puissent se concentrer sur les tâches qui génèrent le plus de valeur ajoutée pour eux et pour l’entreprise. Car une chose demeure, que ce soit l'intelligence artificielle, l'automatisation ou tout autre nouvel outil en cours de déploiement, ce n'est pas la technologie elle-même qui va transformer l'entreprise, ce sont les personnes qui l'utilisent. 

Il s’agit donc de ne pas ignorer la “collaboration 4.0”, qui doit être à l’industrie 4.0 ce que la collaboration d’hier était à l’industrie 3.0.  Partant, il s’agit de faire passer du papier au cloud, du mail à la chaîne collaborative, de la génération technologique précédente à l’actuelle. 

 



(1)Comptes annuels 2017 Insee - Base 2014

 

Par Jean-Marc Gottero, Directeur Slack France

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine nouvelle. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte