[Avis d'expert] Éolien en mer français : du vent dans les pales

À la suite de plusieurs décisions administratives, les premiers parcs éoliens maritimes seront enfin prochainement installés dans les eaux territoriales françaises. Un pas décisif pour cette filière renouvelable, dont le développement pourrait permettre d’accélérer la transition du mix énergétique français, plaide Olivier Durin, Directeur de la publication Le Monde de l'énergie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'expert] Éolien en mer français : du vent dans les pales

La filière de l’éolien maritime connaît un véritable boom ces dernières années en Europe. Si la France pâtit d’un retard certain - on ne compte qu’une seule éolienne en mer installée aujourd’hui, au large du Croisic (Loire-Atlantique) - d’autres pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou le Danemark ont déjà mis en service plusieurs parcs.

Et pour cause, avec un facteur de charge de 35 % à 40 %, bien supérieur à celui des éoliennes terrestres (de 20 % à 25 %), l’éolien en mer présente des atouts considérables pour décarboner notre mix énergétique. Les éoliennes en mer sont en effet en moyenne deux à quatre fois plus grandes que leurs cousines terrestres, produisant ainsi plus d’énergie. Et en profitant de vents très favorables, elles fonctionnent aussi deux fois plus.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dotée d’espaces maritimes particulièrement vastes, la France détient un potentiel de développement de l’éolien maritime parmi les plus importants d’Europe ! Le pays a toutes les cartes en main pour accélérer la croissance de cette énergie inépuisable et toujours plus compétitive.

En témoigne le prix au MWh proposé par EDF Renouvelables pour son projet de parc éolien à Dunkerque (Nord). En 2025, 45 éoliennes fourniront de l’électricité à 500 000 foyers pour moins de 50 euros du mégawattheure. Un prix inférieur "au prix actuel du marché de gros de l’électricité en France, hors coûts de raccordements à la côte" a souligné Bruno Bensasson, directeur exécutif groupe énergies renouvelables chez EDF.

Feu vert de la juridiction européenne

De fait, l’année 2019 est une année décisive pour l’éolien en mer. Le Conseil d’Etat a validé le 24 juillet 2019 les autorisations administratives pour l’installation de trois parcs éoliens en mer : deux en Normandie, au large de Fécamp (Seine-Maritime) et de Courseulles-sur-Mer (Calvados), et un en Bretagne, à quelques kilomètres de Saint-Brieuc (Cotes-d'Armor).

Le feu vert de la juridiction suprême du droit administratif français intervient après celui accordé au parc de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) le 7 juin 2019. Les travaux devraient débuter dans les prochains mois, pour une mise en service prévue d’ici deux à trois ans environ. Ces trois centrales éoliennes maritimes produiront respectivement entre 450 et 500 MW, soit l’équivalent par parc éolien des besoins en consommation électrique de plus de 500 000 personnes. Impulsant le développement d’une véritable filière, l’Etat avait attribué 6 premiers parcs éoliens en mer par appel d’offres en 2012 et 2014.

Des projets qui démarrent enfin !

Le 26 juillet, un communiqué de la Commission européenne, conjointement signé par le ministère de la Transition écologique et solidaire, approuvait l’aide d’État attribuée à ces six premiers parcs éoliens maritimes français. Pour la Commission, ces aides permettront à la France de réduire ses émissions de CO2, conformément à la Directive 2009/28/CE sur les énergies renouvelables. Élisabeth Borne s’est réjouie de cet avis : "L’éolien en mer est une énergie majeure pour la transition écologique", a déclaré la ministre de la Transition écologique.

Les parcs en cours de déploiement comprendront plusieurs dizaines d’éoliennes. En baie de Saint-Brieuc par exemple, 62 éoliennes de 216 mètres seront implantées par l’espagnol Ailes Marines (SAS détenue à 70% par Iberdrola). Les projets permettront par ailleurs de créer des emplois localement, une bonne nouvelle pour les territoires.

Favorisés par ces vents porteurs, les projets d’éoliens en mer devraient en toute logique se multiplier. Et la Normandie accueillera peut-être bientôt de nouveaux parcs éoliens. Un débat public aura lieu à ce sujet à l’automne-hiver 2019. A suivre !


Olivier Durin, Directeur de publication Le Monde de l'énergie

Les avis d'expert sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS