[Avis d'expert] Entreprises, fixez dès à présent un nouveau cap, au risque de démobiliser

La crise du Covid-19 a mis les entreprises en sommeil. La quête de performance s’est éteinte sous la violence du choc et du ralentissement économique. Malgré l’incertitude du lendemain, les dirigeants doivent rapidement redonner du sens et fixer un nouveau cap à suivre, sous peine de voir leur organisation se déliter. Telle est l'analyse d'Elsa Cuisinier, directrice générale de Colombus Consulting et fondatrice de Backstage 360.

Partager
[Avis d'expert] Entreprises, fixez dès à présent un nouveau cap, au risque de démobiliser
Dans le monde d'après, les usines sont plus modernes et les dirigeants retrouvent leur place rapidement.

La crise sanitaire a fait plonger l’activité économique d’un tiers en deux mois de confinement. Certaines entreprises se sont retrouvées à l’arrêt, d’autres à lutter pour leur survie. Le dernier rapport de l’Insee fait état d’un léger rebond et d’un sursaut de la consommation (- 6 % contre - 32 % il y a un mois) après la réouverture des commerces. Mais les perspectives d'amélioration restent timides, et la France pourrait connaître sa plus sévère récession depuis 1948. Dans un tel climat d’austérité et de peur, les entreprises et leurs dirigeants ont perdu leur voix. La recherche de performance a disparu sous la brutalité de la pandémie. La mobilisation s’est fragmentée et le sens du travail s'est perdu de vue. Le risque d’un délitement économique et social est grand. Seul remède : créer, malgré l’incertitude, de nouvelles perspectives d’avenir.

Depuis trois mois, le Covid a mis le monde sous cloche et, comme en réponse, les gens se sont mis sur pause. La crise sanitaire a laissé place à la sidération, diluant au passage le sens même du travail, anéantissant les objectifs fixés et la dimension de performance qui va avec. Ce n’est pas une surprise, dans un contexte de ralentissement économique extrême, tout est revu à la baisse. Quand ce n’est pas envoyé à la casse. Les entreprises le savent, elles dont la vie est rarement rectiligne, et qui connaissent régulièrement des vagues de licenciement, des rachats ou des difficultés financières sans pour autant s’arrêter de fonctionner.

DES DIRECTIONS MUETTES ET EN PROIE AU DOUTE

La crise du Covid aurait pu être une épreuve comme une autre, si elle n’avait pris tout le monde de court, tant dans la violence de sa propagation que dans les changements sociétaux et l’incertitude qu’elle génère. Parce qu’elle est plus sévère que les autres et plus symptomatique d’un monde malade, elle nous oblige à changer notre manière de vivre, et donc de consommer, de produire et de travailler.

Pour les entreprises, c’est un changement de paradigme brutal qui force les dirigeants à s’adapter à l’aveugle, quand ils ne doivent pas carrément revoir leur copie. La survie n’autorise aucun pas de côté, et c’est sans doute ce qui explique le mutisme actuel des directions. Partout, les acteurs économiques sont en proie au doute et à la peur du lendemain.

Alors ils réfléchissent à la meilleure façon d’assurer la pérennité de leur organisation tout en protégeant la santé de leurs collaborateurs. Ils réfléchissent, et ils se taisent, en attendant d’y voir plus clair et de pouvoir faire appel à leurs vieux automatismes de planificateurs.

Quand l’empathie remplace la performance

Seulement, dans l’interstice, c’est la vie qui s’en va : sans discours du sommet, il n’y a plus rien pour mettre en tension les organisations. Sans orientations claires ni attentes explicites, la mobilisation se fragmente et la performance se dissolve avec elle. Fait aggravant : le télétravail forcé, en isolant les troupes, est venu désosser le sentiment d’appartenance. Le management de proximité a dû laisser de côté l’opérationnel pour prendre soin d’équipes tétanisées par le contexte, recréer du lien social, appeler à la solidarité. L’empathie a pris toute la place, primant sur la productivité. Et c’est bien normal.

Mais à l’heure de la reprise, du réaménagement des sites, et d’un retour à une certaine normalité du travail - même si elle reste encore bancale - les organisations ne peuvent plus faire l’économie d’un discours fédérateur qui précise le nouveau cap à suivre. Les collaborateurs ont besoin d’entendre quelle sera la stratégie d’ensemble, pour s’intégrer à nouveau dans un tout et cesser d’opérer des tâches chacun dans leur coin. Le risque est grand si les directions s’enfoncent dans le silence. Il peut mener l’entreprise à se déliter économiquement et socialement, à devenir une famille éparpillée qui se recroqueville, en même temps qu’elle perd son sentiment d’utilité et de fierté, ne sachant plus vraiment au service de quoi elle travaille.

Recréer des perspectives d’avenir rassurantes

Il ne s’agit pas de réinjecter une culture de la performance à tous crins, mais de remobiliser le corps social autour d’un but commun. Les dirigeants doivent porter un discours de la volonté, honnête et authentique ; reconnaître les difficultés, mais témoigner d’un désir de reconstruction ou de reconquête ; exposer des options et des actions identifiées pour que les collaborateurs retrouvent dans la réussite le sentiment perdu de la performance et de la cohésion. Les perspectives d’avenir sont les seules à pouvoir apaiser les angoisses et les tensions, et faire que l’insécurité et le risque économique ne soient pas les seules obsessions qui perdurent.

Alors que les entreprises, bousculées, pensent en priorité "agilité et réorganisation des lieux de rencontre", elles ne doivent pas oublier leur mission première : guider une communauté de travail vers des horizons assurant sa pérennité et sa raison d’être. Cela exige de la part des dirigeants qu’ils retrouvent leur voie, autant que leur voix, mais aussi qu’ils diffusent un management de la performance humain et flexible, fidèle aux valeurs de leur organisation et respectueux d’une époque où l’accomplissement est au bout du sens.

Elsa Cuisinier, Directrice Générale de Colombus Consulting et fondatrice de Backstage 360

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle

0 Commentaire

[Avis d'expert] Entreprises, fixez dès à présent un nouveau cap, au risque de démobiliser

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS