[Avis d'expert] Éloge de l’anomalie

Partager
[Avis d'expert] Éloge de l’anomalie
Cédric Mangaud, PDG et cofondateur d’Octonion

L’anomalie fait partie de la vie. Impossible de ne pas évoquer la Loi de Murphy et sa célèbre formulation : Tout ce qui est susceptible d'aller mal, ira mal (Anything that can go wrong will go wrong). L’anomalie dérègle les processus les mieux pensés, les systèmes les mieux conçus. C’est un postulat de base dont il convient de ne pas s’affranchir. La traversée inaugurale du Titanic ne devait en aucun cas mal se passer, le bateau étant réputé insubmersible. Apollo 11 fut un succès incontestable, menant l’Homme à faire ses premiers pas sur la Lune. Apollo 13, un échec réussi (successful failure). Entre les deux, une anomalie, un dysfonctionnement imprévu qui faillit être fatal à l’équipage. L’Histoire industrielle abonde en exemples d’anomalies fatales.

Dans l’industrie, le risque d’anomalie est inhérent à tout processus de fabrication. Un produit industriel se doit d’être l’aboutissement d’un processus complexe où l’efficacité doit primer. Il convient d’acquérir la capacité de se prémunir contre toute rupture de continuité de production en anticipant les défaillances possibles. Non seulement, sur le maillon principal de la chaîne mais aussi sur son environnement.

Dans le monde industriel, on se focalise trop souvent sur la machine-phare, qui fait l’objet de toutes les attentions, tout en étant moins vigilant sur les équipements alentours. Seules des solutions digitales permettent aujourd’hui d’avoir une vision globale de l’ensemble de l’écosystème de production en compilant en temps réel les données de fonctionnement, en les traitant, les communiquant pour permettre le déclenchement d’opérations de maintenance. C’est ce que l’on peut qualifier de "maintenance prédictive". C’est l’une des applications concrètes auxquelles l’intelligence artificielle peut contribuer. Déployer des capteurs capables de détecter les dysfonctionnements possibles avant qu’ils ne se produisent. Identifier des patterns de fonctionnement, comprendre ce qu’est la normalité et être en mesure de prévoir l’aléa. Les enjeux sont multiples : dans la captation des données, dans leur stockage, dans leur traitement, puis leur transmission.

Il ne s’agit en aucun cas de nier la possibilité de dysfonctionnement, il s’agit de mettre en place les moyens techniques permettant d’en anticiper les conséquences pouvant mettre en danger l’ensemble d’une chaîne de valeur et permettre de résoudre le problème avant qu’il ne se pose. Ces moyens techniques doivent être mis en place au plus près de là où se passe l’action. C’est ce qu’on appelle l’Edge Computing. L’usage de cette technologie offre de nombreux avantages dont une sécurité renforcée des données, des gains économiques significatifs ainsi qu’une faible latence. Envisager la maintenance sous l’angle de la prédictivité est la solution la plus rationnelle, d’autant plus que la technologie le permet.

On peut s’inquiéter également, notamment dans les secteurs sensibles, sur le risque que représente la fuite possible des données recueillies pendant les processus de production. La sécurisation des capteurs et des objets connectés doit être une préoccupation majeure. Le traditionnel point faible étant la phase de transmission des données, il est capital que celles-ci soient sécurisées localement au niveau des capteurs d’anomalies.

L’anomalie est partie intégrante du paradigme industriel. Il convient de l’accepter et de déployer les dispositifs permettant de la détecter suffisamment en amont pour ne pas en subir les conséquences. Les solutions existent. Même si, trop souvent encore le déploiement de solutions faisant appel à des capteurs, nécessite la coordination de nombreux prestataires et acteurs. Prime doit être donnée à la simplicité. Le déploiement d’une solution de maintenance prédictive doit reposer sur différents piliers : un traitement de la donnée au plus près de la production, une solution sécurisée et l’expérience métier existante des équipes de maintenance. Pour vivre sereinement avec l’anomalie.

Cédric Mangaud, PDG et cofondateur d’Octonion

Les avis d'expert sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - TOULOUSE BUSINESS SCHOOL

Travaux de maintenance, réparation et rénovation sur le campus parisien de TBS Education

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS