Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Avis d'expert] Diesel vs électrique: un match pas si évident…

, , ,

Publié le

Tribune Si le véhicule électrique présente des avantages indéniables, il n’est sans doute pas la solution universelle à nos problèmes, estime Benoit Petit , président d'IAC Partners, cabinet de conseil en stratégie.

[Avis d'expert] Diesel vs électrique: un match pas si évident…
Le véhicule électrique ne serait pas la solution universelle à nos problèmes.
© Audi

Le véhicule électrique, outre son silence, a le mérite de n’émettre aucun produit issu de la combustion du carbone, ce qui lui confère un avantage incontestable pour la qualité de l’air en ville.

Néanmoins, il est intéressant de raisonner en bilan écologique global sur l’ensemble de la chaine, à savoir de la production du véhicule à sa fin de vie, en passant par son utilisation. Un bilan écologique toujours aussi avantageux ? Pas si évident…

Particules fines et CO2, quel bilan pour les véhicules électriques ?

Il est intéressant de noter que la quasi-totalité des particules émises par un véhicule équipé d’un moteur à combustible ne provient pas des dégradations du produit de la combustion, mais de l’usure des pneus et des plaquettes de freins, les filtres à particules ayant quasiment éliminé celles produites par les moteurs à combustion. On peut débattre en argumentant qu’un véhicule électrique utilise plus le frein moteur et par conséquent use moins les plaquettes. Mais le couple important au démarrage peut, à contrario, augmenter l’usure des pneus ...  Ainsi, eu égard à la quantité de particules émises quelles que soient leur nature, force est de constater que l’électrique et le thermique sont très comparables.

Reste le CO2. Si on roule en France, le bilan est positif pour le VE (véhicule électrique), puisque le mix énergétique français est majoritairement d’origine nucléaire et donc très peu émetteur de CO2.  En Allemagne ou en Pologne à contrario, un véhicule électrique va émettre de l’ordre de 70 à 80 g de CO2/km, guère mieux qu’un véhicule Diesel récent, puisque l’électricité dans ces pays provient principalement de centrales thermiques. Imaginons alors les effets que pourraient avoir l’usage massif de véhicules électriques dans certains pays en développement ou émergents, où la production d’électricité provient encore en grande partie des énergies fossiles…

Une production problématique pour les VE

Gardons aussi en tête que le processus de fabrication des batteries nécessite lui aussi énormément d’énergie. On considère que la fabrication d’une batterie de 40 kWh (qui fournit environ 300 km d’autonomie) émet à peu près autant de CO2 qu’un véhicule Diesel qui roulerait environ 60 000 km.
Enfin, les conditions écologiques ou humanitaires d’extraction des matériaux nécessaires à la fabrication des batteries ou des moteurs électriques (Lithium, Cobalt, terres rares) sont pour le moins discutables.

Point de vigilance qui n’est toujours pas solutionné, il n’existe à aujourd’hui aucune filière rentable de démantèlement et de recyclage des batteries.

Enfin et même si nous évoluons dans un monde globalisé, toujours en ce qui concerne les batteries, 60% des ressources naturelles nécessaires à leur fabrication, 80% de leur capacité de production et la quasi-totalité du savoir-faire industriel sont sous contrôle Chinois. A l’heure du regain d’intérêt pour le Made in France et notre marché européen, miser sur une solution à vocation écologique contrôlée en grande partie par la Chine semble pour le moins discutable.

Parallèlement, les technologies autour des énergies fossiles ont bien évolué, notamment le diesel grâce à l’apparition du Adblue, des filtres à particules ou même de l’hybridation.

Le VE reste très prometteur comme le sera un jour l’hydrogène, il faut néanmoins rester objectif et comparer les chaînes dans leur entièreté. « Plus on prend de la hauteur plus on voit loin… » dit encore un proverbe chinois.

Benoit Petit, Président d'IAC Partners, cabinet de conseil en stratégie

 

Les avis d'experts sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs et n'engagent pas la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Réagir à cet article

25 commentaires

Nom profil

03/12/2018 - 13h33 -

Votre analyse en début d'article se cale sur le point de vue des constructeurs mais des organismes indépendants, y compris financés par l'état, ont démontré qu'il était contestable : des particules, les plus fines et les plus dangereuses, se forment derrière le pot d'échappement.
Répondre au commentaire
Nom profil

03/12/2018 - 08h37 -

Je ne comprend pas pourquoi on ne parle plus des énergies moteur colza qui donnera du travaille aux agriculteurs
Répondre au commentaire
Nom profil

03/12/2018 - 21h00 -

Parceque dans ce cas, il faudra choisir entre conduire et manger. Car les terres cultivables ne sont pas extensibles.
Répondre au commentaire
Nom profil

04/12/2018 - 11h17 -

C'est bien joli de donner du travail aux agriculteurs...mais qu'en faites vous de l'épuisement des sols (et avec la montée des eaux...la salinisation aussi des sols et autres). et la monoculture de l'huile de palme qui contribue à a déforester la planète? Faites confiance au nouveau président du Brésil pour œuvrer dans ce sens. Il n'y a pas de solutions simples. L'agriculture de l'avenir sera hélas une agriculture de subsistance. Les derniers moteurs thermiques pour la mobilité mondiale se trouveront dans les avions...et ce seront des prérogatives exclusives des Etats. En dehors de la mobilité le gros diesel industriel sera encore une priorité pour des prestations de services d'urgence (hôpitaux, etc).
Répondre au commentaire
Nom profil

03/12/2018 - 08h19 -

Ces titres accrocheurs sont vraiment pénibles. Quant allez vous comprendre que c'est uniquement ce que les gens retiennent ? L'article est bien plus réservé et positif . Dans transition écologique, il y a le mot "transition" !!
Répondre au commentaire
Nom profil

03/12/2018 - 06h09 -

Cette analyse est de plus en plus partagée par de nombreux médias Alors pourquoi nos politiques ne prennent ils pas cela en considération ?
Répondre au commentaire
Nom profil

03/12/2018 - 01h07 -

l'expert ne dit pas tout. intentionnellement ou pas! 1/ les batteries ne sont pas fabriquées en chine mais majoritairement en corée du sud (LG chem) ou au japon (AESC). la chine essaye de mettre la main sur cette manne. la coree vient de sortir une batterie lithium soufre bien plus puissante 2/ Toutes les particules fines ne sont pas stoppées par le FAP. 3/ les plaquettes de frein et disques d'une electrique voire d'une hybride dépassent allègrement les 120.000 kms. C'est du à la régénération par le biais du frein moteur. 4/ les batteries ont une nouvelle vie après la voiture. Nissan et Lg les installent pour le stockage des energies renouvelables dans l'habitat et autre endroit public.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 23h38 -

Tout ce qui vient etre dit dans ce texte est pure veritee reste a savoir si nos politiques s occupent ,1de la france ,2 de l allemagne et autres , surtout en 3 des pays emengens ne palons meme pas de la chine ou l humain ne conte pas Besancenez jean luc Cordialement
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 23h18 -

Que fera t' on de toute les vieilles batteries. Les enfouir, les jeter dans la mer ? De plus il faut bien de l électricité pour les Recharger. Les centrales nucléaires n' en peuvent plus elles sont trop vieilles Il faut bien réfléchir avant de faire n importe quoi !!! On nous parlent d écologie et ils font tout à l en vert
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 22h46 -

Dommage que cette article ne nous apprenne rien. Il aurait été interressant d'avoir un vrai comparatif chiffré, ce qui aurait permis de se faire un avis éclairé sur la question. La nous restons dans le flou absolu, ce qui je pense est le but de cet article. J'ai quand même du mal à avaler le fait qu'un véhicule electrique émet un nombre équivalent de particules qu'un véhicule thermique. Là encore des chiffres m'aurait peut être convaincu. Perso, j'ai un vehicule diesel et un électrique et je cherche à changer le deuxième, convaincu par un véhicule electrique pour les trajets quotidiens.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 21h46 -

Bravo pour cette analyse au delà de toute considération politique ou dogmatique. La stigmatisation actuelle du moteur diesel est totalement stupide et fruit d une incroyable étroitesse d esprit. Et la solution electrique actuelle est loin d etre la panacée
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 21h13 -

Article orienté. Je roule en C-Zero depuis 2012, mon véhicule a maintenant 70.000 km, il pourra aisément rouler 3 ou 4 fois plus. Pour rappel, pas de moteur thermique, pas de vidanges, de courroies, d’embrayage. Quasiment zéro maintenance !!!! Les véhicules électriques sont équipés de petits pneus pour gagner du poids, leurs conducteurs n’accélèrent pas plus qu’avec des véhicules thermiques. L’exploitation du pétrole est elle plus éthique que celle des terres rares? Combien de désastres écologiques liés à leur exploitation, leur transport, leur consommation ? Combien de pays exportateurs de pétrole sont des démocraties ? Pourquoi mentir en laissant entendre qu’il n’y a pas de filière de recyclage des batteries ? Stéphane
Répondre au commentaire
Nom profil

04/12/2018 - 13h55 -

Parce que ce cher monsieur a aussi des clients et au vu de l'article, on peut facilement en deviner les noms...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 19h01 -

Il n'y a qu'a découvrir comment sont recycler les déchets électroniques dee (broyés,incinérés et réduits en poudres pour stockage millenial en attendant de trouver un moyen hypothétique de les recycler réellement un peu comme les déchets ultimes nucléaires),pour comprendre que les déchets électroniques et la voiture propre électrique ne sont qu'un joli mensonge projeté à travers le filtre anti vérité de médias peu scrupuleux ,plus prompt à mettre en avant la propagande très rémunératrice plutôt que la vérité objective et nuancée!
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 18h09 -

Bonsoir, J'aimerais un peu d honnête intellectuel s'il vous plaît, comparé la chaîne électrique avec une voiture thermique.... Il faut comparé la chaîne pétrochimique à la chaîne électrique. Après vous pourrez rajouter entre 30 et 50% valeur de votre expert..
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 18h02 -

Je voudrais savoir si dans les voitures thermiques vous prenez en compte la pollution générée par les tankers qui transportent le pétrole brut dans nos raffinerie en France ? Qui d'après ce que j'ai compris sont très polluant car ils utilisent du fioul lourd.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 17h57 -

Toujours la même rengaine, l'extraction des matériaux de batterie est discutable du point de vu conditions humaines! C'est vrai mais a mon avis pas tellement pire que sur les sites d'Arabie, du Koweït qui emploient une main d'œuvre immigrée sous payée et parfois privée de papier. Que dire des sites Iraniens et Irakiens et ceux qu'adore M Melanchon du Venezuela.....sans parlé du bilan écologique au combien favorable de l'extraction du pétrole et de son transport. Et là je ne parle pas des conditions écologique pour le pétrole bitumineux du Canada...Mais bon d'après vos les experts la solution pour lutter contre le dérèglement climatique c'est le diesel pétrolier et non pas pas le bio diesel, ni toutes les technologies fiables des gaz type GPL, GNL voir biogaz. Roulez pétrole on vous taxe mais vous n'avez pas d'autre choix sale pollueurs, et bien non les pollueurs ne sont pas les utilisateurs, c'est l'industrie pétrolière et son lobbying auprès de nos politiques...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 17h46 -

Et bien sûr le match est super serré car le pétrole n'est pas extrait, il tombe du ciel, n'est pas transporté, et encore moins raffiné et transporté à nouveau. Il tombe du ciel et directement à la pompe. Quitte à faire une comparaison avec l'électricitique pour sa recharge, pourquoi ne jamais parler du raffinage du pétrole ?
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 17h31 -

Attention à votre titre, vous comparez le diesel à l'électrique, et vous dites qu'en CO2 c'est équivalent sur 60000km sur les batteries... Oui et les particules fines ? Vous dites qu'au démarrage avec le couple "on peut" user plus de pneus.. là vous rigolez ? Bref c'est encore un article qui veut expliquer que ce n'est pas évident mais non c'est évident et vous êtes de mauvaise foi. Mais continuez à faire du buzz ... :-(
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 16h18 -

Quand les 27...vont ils se mettre d'accord et penser sérieusement une filière automobile la plus respectueuse de l'environnement'????
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 15h27 -

Effectivement, je pense que vous manquez encore de hauteur...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 14h38 -

Et pour fabriquer un moteur thermique combien de materiau et d'energie? Il faut tout compter si on veut comparer.Le principal avantage du VE est de ne pas polluer a l'endroit ou il fonctionne .Apres 5 ans et 75000 km ma ZOE a la meme autonomie.Je n'ai pas fait d'economie mais au moins j'ai la satisfaction de ne pas avoir pollue mon entourage.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 13h58 -

Article de parti pris. Sûrement un lobbyiste. Affligeant.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 13h53 -

On parle souvent de la grande quantité d'énergie nécessaire pour fabriquer les batteries. Cependant, on ne compare jamais la quantité d'énergie nécessaire à la fabrication compète d'une voiture thermique à celle nécessaire pour la fabrication complète d'une voiture électrique. Un bloc moteur diesel coulé en fonte puis usiné dans la masse ne doit sans doute pas être neutre en carbone non plus. Il serait intéressant d'avoir des chiffres réellement comparables!
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 12h11 -

Petit rappel tout de même : le raffinage du pétrole nécessite de l'électricité, il paraît que ça nécessite environ 2kWh au litre... Une thermique consommant 6l/100km consommerait donc autant d'électricité (et donc emetterait autant de CO2 rien que pour ça) qu'un VE consommant 12kWh/100... Le bilan du VE serait alors fortement positif, quel que soit le pays où il roule...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 11h36 -

Un peu léger comme article... Nombre d'études contredisent votre point de vue sur le cycle de vie global des ve meme avec l'électricité la plus sale...et l'efficacité des filtres...d'autant que les performances de dépollution se dégradent au fil du temps. L'utilisation des batteries en seconde vie est déjà une réalité pour celles qui sont disponibles... Je suis bien placé pour le savoir. Quand à l'hydrogène, on ne fait pas pire rendement... Et ce n'est pas prêt de changer. Pourquoi est-ce si rarement précisé? Enfin, l'expertise lithium ion appartient pour le moment à la Corée du Sud et au Japon bien plus qu'à la Chine. C'est important.
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 10h49 -

On sait déjà faire des voitures Diesel consommant 2 à 3 fois moins, les technologies sont déjà existantes, nouveau design, bien plus légère... ce qui fait que dans ce cas, il y a même plus photos... Il faudrait complètement revoir en profondeur les véhicules, en commençant par la trottinette, le vélo, la voiture, le bus, car rien qu'en optimisant ce qui peut l'être, ça change déjà tout !!! Je doutes que nos gouvernements soient réellement intéressé à prendre le taureau par les cornes, car ils voyent surtout l'écologiquement correcte, comme un moyen de pouvoir nous faire payer et taxer plus... ça n'a rien à voir ni avec l'écologie, ni avec les technologies ! Simplement, nous prendre pour des 'Vaches à lait'...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/12/2018 - 10h24 -

Bonjour Dans tout ce bazard, car je ne trouve pas d'autre mots, on ne parle pas de la production de notre électricité. Vu l'ambition du gouvernement à vouloir fermer 12 centrales nucléaires, je ne suis pas contre,comment allons nous produire suffisamment de courant pour que tout le monde puisse circuler. Qu'allons nous faire des déchets radioactifs ? À moins qu'à cours termes le but ne soit ,comme dans la royauté, qu'il n'y ait qu'une couche de la population qui y ait droit.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle