[Avis d'expert] Covid-19 et transformation numérique : effet crise ou impact durable ?

La plupart des périodes de crise accentue des tendances émergentes ou sous-jacentes, c’est le cas dans le domaine du numérique. La transformation numérique s’accélérait déjà ces dernières années et la crise sanitaire devrait précipiter cette tendance. Elle a révélé la valeur du numérique : permettre aux entreprises de renforcer leur résilience. Au fil des ans, le numérique et le mobile se sont imposés dans notre vie et la tendance s’est considérablement accrue aujourd’hui. L’impact sera important sur de nombreux métiers qui vont devoir se réinventer et le rôle du digital va se renforcer. Par Philippe Ensarguet, CTO Orange Business Services.

Partager
[Avis d'expert] Covid-19 et transformation numérique : effet crise ou impact durable ?
Philippe Ensarguet, CTO Orange Business Services.

La crise sanitaire n’est pas encore derrière nous mais le confinement strict est terminé dans de très nombreux pays. Aujourd’hui, les acteurs de la tech partagent une responsabilité, celle du bilan et de l’analyse afin de définir les contours de l’après. La période est propice au développement d’un numérique performant, agile, sécurisé et inclusif, pour que les opportunités qui s’offrent à nous se transforment en bénéfices durables, et ainsi contribuer à limiter l’effet de potentielle crise similaire dans le futur.

2020, un monde qui rentre directement dans le 21ème siècle

En 2019, le monde de la tech atteignait son paroxysme dans un contexte de concurrence à outrance et ce, quel que soit le secteur d’activité ou la localisation. Pour se différencier, de nombreuses entreprises ont misé sur la technologie et sa capacité à renforcer l’agilité métier et à décupler les capacités d’innovation, au service de l’expérience client. Le récent lancement de SpaceX en est l’illustration parfaite : grâce à l’innovation technologique, couplée à l’agilité de l’esprit start-up et à un partenariat public-privé fort, les Etats-Unis reviennent dans la compétition des vols spatiaux habités, à des coûts moindres que les programmes habituels.

Au niveau des entreprises, la mise en œuvre de stratégies de transformation numérique s’est souvent accompagnée de restructuration et de ré-internalisation des compétences, les entreprises cherchant à avoir la main mise sur le cycle de vie de leur ingénierie. Celles-ci se sont progressivement transformées en "software companies, en cloud companies, en data companies"… jusqu’à devenir des "tech companies".

Avoir un ADN tech était structurant avant la crise, c’est aujourd’hui vital. Les entreprises numériques ont pu résister face au télétravail massif (et brutal). Les acteurs du cloud et du SaaS ont vu leurs activités exploser, et les organisations qui avaient engagé une stratégie cloud ont pu assurer la continuité de leurs activités et de leur production. Sans oublier la dimension cybersécurité : une stratégie cloud bien maîtrisée et construite, permet de contrôler la donnée critique de l’entreprise et de diminuer les risques.

Le numérique en 2020 : après la maturité, place à l’ère de la confirmation

Alors que nous entrons progressivement dans la période de sortie de crise sanitaire et un début de récession, nous devons analyser ce qui vient de se passer. D’un point de vue technologique, un certain nombre de tendances se confirment dans un contexte où l’entreprise n’a jamais été aussi ouverte et connectée qu’aujourd’hui.

- La connectivité s’est révélée essentielle pour assurer le déplacement de millions de postes de travail vers le domicile, remettant au centre des débats la question liée à l’inclusion numérique et le droit à la connexion.

- Le renforcement du rôle stratégique du cloud et les modèles d’hybridation permettent de servir les applications les plus critiques et la mise en œuvre d’approches plateforme, offrant aux services critiques de l’entreprises plus de réactivité, d'évolutivité et de résilience. Les architectures et implémentations Cloud Native sont la nouvelle norme pour standardiser le cycle de vie des services qui sont capables de tirer naturellement partie du cloud : automatisation, mise à l’échelle ou optimisation financière… In fine, le cloud facilite la gestion de la disponibilité des services.

- L’Edge Computing, considéré comme le complément logique au cloud et à l’IoT, facilite la prise de décision au plus près du lieu de production de la donnée, et s’avère un allié de premier plan dans un environnement de travail redistribué.

- La dimension cybersécurité devient encore plus critique alors que la surface d’exposition s’est étendue de manière exponentielle avec l’ouverture massive de l’entreprise pour accueillir des postes de travail délocalisés et la migration de plus en plus de services vers le cloud.

- La démocratisation de la blockchain est plus que nécessaire face à une demande toujours plus forte en transparence et en traçabilité, et alors que l’identité numérique constitue le socle de la confiance numérique - qui s’avère stratégique alors que les pays accompagnent leurs sorties de crise par une stratégie de tracing. L’autre enjeu sera d’appliquer la blockchain à des domaines clés comme la Supply Chain ou le Retail pour apporter des éléments de confiance et de transparence aux biens physiques.

- La data et l’IA sont propulsées au cœur de la stratégie des entreprises, et pour ceux qui opèrent des services en ligne et à l’échelle, l’IA doit être la clé des opérations afin d’en améliorer la qualité et la capacité à apporter des éléments d’analyse, voire anticiper des événements. L’AI for Ops s’imposera alors que le besoin en optimisation des modèles opérationnels et en compréhension des parcours et des usages n’ont jamais été aussi important pour continuer à innover.

- Le modèle de l’Open Source apparaît de plus en plus comme une évidence après cette période de crise qui a montré les limites de l’inertie de certains modèles économiques et technologies. Cet écosystème était déjà l’un des rares endroits propices à l’innovation, les ruptures étant de plus en fortes, la recherche de la standardisation s’avère très risquée pour les acteurs. Et avec la tendance à la réduction des coûts qui s’annonce, l’Open Source et les solutions basées sur des souches Open Source semblent le plus apte à survivre.

Au regard des nombreuses évolutions technologiques et de la crise que nous connaissons, c’est l’ensemble de l’environnement de travail, voire la notion même d’entreprise en tant que lieu qui est amenée à évoluer. La transformation des métiers et l’automatisation nous amènent vers une forme hybride du lieu de travail qui signerait la fin des barrières géographiques au profit des compétences et des expertises.

La demande en ressources pour concevoir, produire et opérer sera encore plus forte notamment dans des domaines où nous faisons déjà face à des pénuries, et des passerelles doivent être construites pour favoriser la convergence des compétences, sans barrière géographique, et ainsi permettre à notre économie de réagir et de s’adapter à des cycles de plus en plus courts.

Alors que pendant des années, la plupart des entreprises, tout secteur d’activité confondu, ont externalisé leur production jusqu’à en perdre leur ingénierie, ce virage tech et les enjeux de maîtrise en compétence et en savoir-faire n’a jamais fait autant sens qu’en ce moment pour être tout simplement capable de réagir, de s’adapter et de se réinventer. Les métiers technologiques prennent une place encore plus centrale dans l’entreprise car ils ont joué un rôle stratégique dans le maintien de notre économie.

Philippe Ensarguet, CTO Orange Business Services.

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS