Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Avis d'expert] Choisir le bon Chief Data Officer pour mener à bien la transformation de l’entreprise

,

Publié le

Les CDO sont devenus des acteurs stratégiques de la transformation digitale, assure René Bergniard, Area Vice-président Central Europe and MEA de Qlik. Toutefois, derrière un même nom on trouve des professionnels aux parcours et aux compétences diverses. Le choix est d'autant plus important que le CDO doit être à même d'entraîner tous les salariés dans cette grande traversée vers le numérique.   

[Avis d'expert] Choisir le bon Chief Data Officer pour mener à bien la transformation de l’entreprise
René Bergniard l'assure : avant de recruter un CDO, il faut réfléchir à ce qu'on attend de lui.
© Qlik

Selon le cabinet IDC, le volume des données mondiales devrait être multiplié par 10 d’ici à 2025, et le rôle du Chief Data Officer (CDO) est perçu comme l’un des piliers de la transformation digitale des entreprises. Selon l’enquête 2018 de Gartner sur les Chief Data Officers, les CDO d’aujourd’hui ont l’un des rôles les plus difficiles parmi les décideurs de l’entreprise, puisqu’ils ont pour mission de mettre les données au service de l’innovation ainsi que de regrouper en une discipline stratégique des sources de données et des capacités analytiques disparates, tout en aidant les entreprises à devenir plus compétitives.

Si les premiers CDO étaient portés sur la gouvernance et la qualité des données, ainsi que sur les exigences réglementaires, les spécialistes des données et de l’analytics actuels sont en train de devenir de véritables agents du changement, et les initiateurs d’une transformation axée sur les données.

Un métier, un nom... mais des expériences

A l’heure actuelle, il y a à la fois un effet de mode et une certaine confusion autour du rôle du Chief Data Officer. Celui-ci est néanmoins amené à se structurer et à devenir plus global au cours des dix prochaines années. Son importance stratégique se rapprochera alors de celle d’un directeur financier, d’un Chief Revenu Officer, voire d’un PDG. Pour l’heure, le rôle du CDO n'étant pas encore pleinement établi, il arrive qu’il chevauche parfois les responsabilités d'autres postes au sein de l’entreprise, comme celui du responsable de gestion de données et du responsable BI. Il est très rare que deux CDO aient des périmètres ou des responsabilités identiques, ni le même parcours au sein de l’entreprise, où ils auront gravi les échelons et été promus pour répondre à des besoins métiers spécifiques.

Pour évaluer au mieux l’adéquation des compétences d’un CDO avec les besoins spécifiques d’une entreprise, il est important de tenir compte des différents profils de CDO existants, de leurs priorités respectives, et des services auxquels ils sont le plus étroitement apparentés :  

- l' intelligence client : souvent rattaché au Chief Digital Officer, et proche des fonctions marketing et commerciales, ce profil de CDO cherche à développer une vue à 360 degrés des clients et s’intéresse à la manière d’optimiser au mieux l’expérience client. Il sera ainsi responsable d’initiatives d'intelligence client visant à déterminer les stratégies les plus efficaces, en s’appuyant notamment sur les opinions et ressentis des clients exprimés sur les réseaux sociaux.

- Risque, gouvernance et conformité : compte tenu du caractère prioritaire de ces enjeux ces dernières années, il n’est pas rare que les CDO proviennent de ces départements. Ayant à cœur l’exactitude et la sécurité des données, et fortement alignés sur les initiatives de conformité de l’entreprise, ces CDO ont bien souvent fait un passage par des services juridiques ou exercé un poste au sein d’équipes de sécurité. Ils disposent donc d’une expérience solide dans ces domaines.

- Nouveaux business models : tout comme les PDG, une grande partie des Chief Data Officers s’intéressent à l’optimisation de la rentabilité, un point de vue attesté par l’enquête de Gartner en 2018 sur les CDO, selon laquelle 45% d'entre-eux sont principalement axés sur la création de valeur et la réalisation de bénéfices. Il arrive que le directeur des systèmes d’information (DSI) assume le rôle de CDO, comme c’est le cas lors du déploiement de solutions de gestion des processus métiers et ERP. Mais aujourd’hui, une séparation claire des rôles est nécessaire, même si une collaboration entre DSI et CDO reste essentielle, notamment lorsqu’il est question d’allier données et systèmes.

- Optimisation des processus : Pour ces CDO, l’objectif principal est la réduction des coûts et l'amélioration des processus. 28% des CDO interrogés par Gartner déclarent que la réduction des coûts et l'efficacité constituent le cœur de leur mission, l’amélioration des résultats financiers arrivant en deuxième position. Après les vagues d’amélioration des processus survenues dans les années 90, avec l’avènement du CRM et des solutions comme SAP, l'accent est aujourd’hui davantage mis sur les données et la mesure de l'efficacité, ces CDO étant les plus proches du DSI et du DAF.

Responsabilité pour la montée en compétences 

Malgré la pluralité des profils existants, toutes et tous sont confrontés aux mêmes défis : définir et mettre en place une stratégie data qui permettra à l’entreprise de générer davantage de valeur autour de la donnée. C’est dans cette optique qu’est né Le Club Agora des CDO en France. Cet espace de réflexion, d'échanges de connaissances et de rencontres réservé aux CDO contribue à renforcer et valoriser le rôle du Chief Data Officer dans la transition numérique.

Outre l’examen des différents profils de Chief Data Officers vers lesquels s’orienter, il est important pour les entreprises de bien comprendre la valeur ajoutée du CDO à la table des décideurs. S’il est évident que les CDO doivent disposer d'excellentes compétences en matière de données, ils ont également une responsabilité vis-à-vis de la montée en compétences des autres collaborateurs, qui pourront ainsi mieux tirer profit des données et de l’analytics.

FAVORISER LE DIALOGUE ET DÉVELOPPER LA DATA LITERACY

Gartner et Forrester s’accordent à dire que ce sont la culture des données et la datalphabétisation qui représentent les principaux freins à la mise en place d’initiatives axées sur les données. Ainsi, la capacité à favoriser le dialogue et à encourager les initiatives est essentielle. Il est donc important de mettre en place des programmes destinés aux "activistes des données" parmi les collaborateurs, de manière à les motiver et à les encourager à être acteurs du changement. Les CDO peuvent s’inspirer de sociétés comme Google ou Amazon, qui permettent à leurs employés de consacrer du temps à des projets sur lesquels ils sont particulièrement désireux de travailler. Ce genre d’initiatives permet de dynamiser l’innovation et de renforcer le niveau d’implication des collaborateurs.

Selon le Data Literacy Index réalisé par la Wharton School et le cabinet d’étude IHS Markit, deux tiers des chefs d’entreprise cherchent à augmenter le nombre d’employés disposant d’une bonne maîtrise des données, les entreprises doivent donc faire le maximum pour garder ces talents et leurs donner les moyens d’améliorer leur performance, notamment en s'assurant qu'ils disposent des bonnes données.

Néanmoins, tout CDO se retrouve inévitablement confronté à un dilemme, à savoir : quelles sont les données à mettre à disposition et quelles sont celles à ne pas rendre accessibles, pour éviter des situations de non-conformité ou d’infraction réglementaire. Pour trancher la question et minimiser les risques, le CDO devra se reporter aux règles internes et à la réglementation afin de définir des principes de gouvernance.

Fusionner les idées des collaborateurs avec les données

Si les performances techniques, les savoir-faire spécialisés et l’expertise en matière de conduite du changement sont toutes des compétences clés, les CDO doivent également être axés sur la synthèse et l’analyse et parvenir à casser les silos existants entre les personnes, les idées et les données afin de les fusionner. Pour ce faire, ils devront savoir identifier les combinaisons intéressantes, dans le respect des structures et des synergies. Une telle compétence pourra s’avérer tout particulièrement importante pour les entreprises confrontées à des problèmes de performance, ou en amont de fusions et acquisitions.

Pour mener à bien cette transformation d’entreprise, les dirigeants doivent examiner avec une attention toute particulière l’ensemble des compétences de leur Chief Data Officer pour s’assurer que son parcours et son expérience sont en phase avec les besoins et la culture de l’entreprise. Les CDO occupant des postes en lien avec la conformité seront guidés par des principes réglementaires et de gouvernance comme le RGPD, avec la vigilance comme constante, tandis que ceux occupant un rôle centré sur le client auront plutôt tendance à rechercher l’optimisation des données clients dans un but d’amélioration de l’expérience client. La Data Literacy, ainsi que la capacité à faire avancer l’entreprise et à en libérer tout le potentiel, sont des éléments essentiels et fondamentaux au succès de l’entreprise.

 

René Bergniard, Area Vice President Central Europe and MEA, Qlik

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la responsabilité de L'usine digitale.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle