Aviation, ferroviaire... L'Iran investit et les entreprises françaises pourraient en profiter

L’Iran va renouveler sa flotte aérienne pour 20 milliards de dollars. Au total, le pays achètera au moins 300 avions à Airbus et Boeing. Ces dépenses font partie d’un projet de 80 milliards pour moderniser l’ensemble des transports : aviation, réseau ferroviaire, routes et autoroutes.

Partager

Dans un article paru sur le site Iranien presstv.ir, Abbas Akhoundi détaille le plan de modernisation des transports iraniens. Le ministre des transports estime le besoin de nouveaux avions (entre 300 et 400) couterait au minimum 20 milliards de dollars. Actuellement, la flotte iranienne comprend 140 avions d’une moyenne d’âge de 20 ans.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En juin, lors de sa visite en France, et la semaine dernière, lors de la visite de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, la discussion s’était portée sur une participation d’Airbus dans le programme de renouvellement. "50% de la flotte aérienne de l’Iran revient à Airbus. Lors de ma visite en France, Nous avons ouvert le dialogue avec le directeur exécutif de la compagnie et demandé un plan de reconstruction de cette flotte."

Une flotte franco-américaine à 50-50

Cependant, le ministre iranien ne compte pas confier sa nouvelle flotte uniquement au géant français de l’aviation. "Nous sommes également en contact avec Boeing dont des représentants viendront bientôt en Iran."

Pour Mohammad Khodakarami, responsable adjoint de l'Organisation de l'aviation civile (OAC) en Iran, les principales compagnies aériennes, Iran Air et Aseman, auront besoin de 100 nouveaux avions chacune dans un premier temps. "L’Iran achètera entre 80 et 90 avions par an aux deux géants de l’aviation dans la première phase de renouvellement de sa flotte." Aucune préférence entre les firmes américaines et française ne sera faite puisque l’Iran commandera autant de Boeing que d’Airbus. Selon le responsable adjoint de l’OAC, "L’arrivée de nouveaux avions dépend du marché du transport intérieur et extérieur. Si nous avons 300 avions opérationnels dans les cinq prochaines années, cela pourrait équilibrer l’offre et la demande."

Aéroport de Paris pour gérer IKIA ?

Le plan de modernisation vise également à développer l’aéroport international Imam Khomeini (IKIA). Les compagnies françaises sont invitées à participer au projet d’agrandissement de l’aéroport. Mais le président du conseil de financement extérieur du Ministère des Transports, Asghar Fakhriyeh Kashan, aurait déjà fait son choix : "Lors de sa visite en Iran, le ministre Français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a mentionné le projet d’IKIA comme l’un de ses favoris. Il a distinctement nommé Aéroport de Paris (ADP), qui pourrait entrer dans ce projet."

Les dirigeants de la société de gestion aéroportuaire française se sont déjà rendus sur place. Ils ont demandé de porter le projet, qui prévoit la création d’une zone de libre-échange et la rénovation du système de contrôle aérien, en tant que BOT (construction, opération, transfert). "A causes de certains détails, dont un problème de souveraineté de l’aéroport, nous ne sommes pas favorables à un projet BOT, mais nous envisageons un projet BLT (construction, location, transfert)." En d’autres termes, Aéroport de Paris gérerait IKIA, au même titre que Roissy et Orly, sans en être le propriétaire.

Alstom s’occupera des trains

Le ministre des Transports, Abbas Akhoundi, a affirmé que 25 milliards seraient alloués à l’amélioration des infrastructures ferroviaires. D’après lui, l’Iran serait en négociation avancée avec l’allemand Siemens pour électrifier la ligne entre Téhéran et Mashhad, longue de près de 1 000 kilomètres. Ce budget comprend aussi l’achat au constructeur français Alstom de 100 trains. Le budget total de la modernisation s’élève à 80 milliards, une somme dont 30 milliards seront dédiés aux routes et autoroutes.

Pierre Monnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS