Aventis, Servier, Alcatel, Seb... Toute l'actualité du 04/03/02

Partager

Les fondateurs d'Aventis vont passer la main. Jean-René Fourtou et Jürgen Dormann, qui dirigeaient le groupe pharmaceutique depuis sa création, il y a deux ans, par fusion entre Rhône-Poulenc et Hoechst, vont quitter leurs fonctions, affirment Les Echos. Igor Landau, actuel président d'Aventis Pharma, serait le mieux placé pour devenir le nouveau président du directoire. Mais l'américain Richard Markham, DG d'Aventis Pharma, a ses supporters. Aventis réalise aujourd'hui un tiers de ses ventes aux Etats-Unis, rappellent Les Echos.

Servier, le " petit " laboratoire pharmaceutique français (2 milliards d'euros de chiffre d'affaires) va reprendre le lancement de nouveaux médicaments. Après une " traversée du désert ", Servier va lancer 3 médicaments entre fin 2003 et 2004, indique La Tribune. Actuellement, seules 5 molécules commercialisées par Servier sont protégées par des brevets. Le laboratoire français a investi l'année dernière 25% de son chiffre d'affaires dans la R&D.

Letsbuyit.com, qui fut l'une des plus grosses capitalisation boursière du commerce électronique en Europe, prend des mesures de dernière chance pour survivre, et ferme sa filiale en suède, annonce le Financial Times. L'an dernier, Letsbuyit a supprimé 60% de ses effectifs. Il devrait annoncer aujourd'hui une mesure similaire, qui laisserait l'entreprise avec... 22 employés.

Alcatel s'en tire bien. Des actionnaires de deux sociétés américaines, DSC et Packet Engines, rachetées par l'équipementier des télécoms en 1998, lui réclamaient 2 milliards de dollars, l'accusant de les avoir trompés en payant avec des titres Alcatel, qui avaint perdu 38% en bourse quelques jours plus tard... Finalement, un accord à l'amiable a abouti au paiement de 4 millions de dollars par Alcatel, indiquent Les Echos.

L'intégration de Moulinex par Seb se passe bien, si l'on en croit les déclarations de Seb, qui se dit satisfait de la manière dont s'est effectuée la reprise depuis quatre mois de 4 usines (1800 personnes) du fabricant d'électroménager. En 2001, Seb a presque retrouvé son niveau de rentabilité historique de 1997, après une restructuration qui avait pesé sur les résultats précédents, indiquent Les Echos.

L'industrie spatiale européenne se prépare à 3 années de vaches maigres. Le lancement réussi d'Ariane 5, qui a mis sur orbite le plus gros satellite jamais construit en Europe, ne garantit pas pour autant l'avenir d'Arianespace : son outil industriel a été conçu en prévision de huit lancements d'Ariane 5 par an, mais la récession qui arrive devrait limiter le nombre de tirs à 5 ou 6 par an, soulignent Les Echos. Le marché des satellites commerciaux s'effondrent, tandis que de nouveaux lanceurs exacerbent la concurrence.

Après l'Allemagne, la Belgique a décidé de tourner le dos au nucléaire. Les sept réacteurs du pays (57% de l'électricité belge) devront s'arrêter entre 2014 et 2025. Des aménagements sont prévus en cas de difficultés d'approvisionnement en énergie ou de force majeure.L'électricien national, Electrabel (groupe Suez), souligne les risques de hausse du prix de l'électricité, et de production de gaz à effet de serre. L'électricité " verte " pourraient difficilement assurer plus de 10% de la consommation belge d'ici dix à vingt ans, précise la Tribune.

C'est ce qui s'appelle une opération de communication ratée. Andersen, le cabinet d'audit, qui a bien du mal à se tirer de la faillite à scandale de son client Enron, espérait restaurer un peu de confiance en nommant à son comité de direction un ancien patron de Merck (la firme est connue pour sa probité). Hélas ! A peine cette nomination annoncée, Merck, un vieux client d'Andersen, a fait savoir qu'il changeait de cabinet et signait avec PwC, le rival d'Andersen. C'est dans le Financial Times.

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS