Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec "Six degrés de liberté", Nicolas Dickner fait du container le sixième continent

Christophe Bys

Publié le

Le canadien Nicolas Dickner raconte notre monde avec Six degrés de liberté, un roman dont le container est le héros malgré lui. A l'heure où la mondialisation est condamnée, il construit un roman aussi savamment agencé que les containers sont empilés. Si le roman a des allures de jeu littéraire, il est aussi la rencontre de personnages solitaires et attachants. Une pépite primée au canada. 

Avec Six degrés de liberté, Nicolas Dickner fait du container le sixième continent © Pascal Guittet

Il y a un peu moins d'un an l'artiste chinois  franco-chinois Huang Yong Pin exposait une oeuvre monumentale où les containers évoquaient une sorte de jeu de construction géant, image de la Terre mondialisée par des flux de marchandises en ce début de vingt-et-unième siècle. Les éditions publient en cé début d'année Six degrés de liberté, un roman du canadien Nicolas Dickner, dont le container est d'une certaine façon le héros caché. 

A commencer par ce container qui a disparu des écrans radar et que recherche une spécialiste de la gendarmerie canadienne. Une de ses collègues spécialistes des réseaux informatiques où elle traque les anomalies comptables va peu à peu s'intéresser à cette étrange disparition. 

Parallèlement, le roman déploie un second arc narratif. Deux adolescents, Lisa et Eric,conspirent dans leur coin pour mener une étrange expérience pour laquelle ils ont besoin quelques dizaines de dollars. La chance sera du côté de la jeune Lisa qui lors d'un chantier de rénovation pour lequel elle aide son père trouvera quelques vieux appareils-photo qu'elle revendra en ligne. Reste le projet mystérieux des deux adolescents.A ce stade de la lecture, il est diifcile de comprendre le lien entre les deux arcs narratifs, même si le livre emprunte à la fois au cyber polar mais aussi à des schémas romanesques plus classiques avec aventures adolescentes, passages secrets et pièces mystérieuses dans une demeure qu'on pourrait croire hanté. 

Ce roman qui a obtenu le prix du gouverneur général, soit l'équivalent du Goncourt, étonne d'abord par sa maîtrise et par la capacité de l'auteur à tenir le lecteur en haleine. Si le roman est par moments difficiles à suivre tant il est très documenté sur l'industrie des containers ou sur les réseaux informatiques, il pallie cela par des des personnages solitaires aussi mystérieux qu'attachants. Ainsi en est-il de la mère dépressive de Lisa qui ne semble vivre que lors des visites dominicales dans un magasin Ikéa, justement achalandé grâce aux contenurs traversant les océans remplis de marchandises. Ou Jay, personnage interdit de séjour au Mexique et aux motivations opaques. 

Roman se jouant des genres 

Derrière le roman jouant avec les genres (aventure, thriller, science-fiction, critique sociale) il y a une construction rigoureuse et brillantissime. On ne vous dira pas pourquoi mais à un moment de notre lecture, nous ressentions quelque chose proche du sentiment éprouvé en cas de décalage horaire. C'est que l'auteur instille l'air de rien un dérapage temporel qui déstabilise le lecteur mais exprime avec brio la difraction temporelle que produit la mondialisation. 

Ces containers qui traversent les océans entassés comme dans une sorte de Tetris géant, sont aussi les briques de ce roman où peu à peu le monde se révèle. A la fois unifié et multiples, lieu de toutes les solitudes mais aussi de toutes les rencontres, où le temps et l'espace sont distordus... à moins que la figure d'Eric le voisin canadien agoraphobe qui garde sa chambre et parti vivre au Danemark, hacker génial réussise à retrouver un peu de liberté, en cassant la code, en sortant de la matrice. 

 

Retrouvez une interview de l'auteur réalisée par la librairie Mollat. 

 

 

Six degrés de liberté, Nicolas Dicker, Editions du Seuil 18 euros

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus